Arte : Water makes money, un documentaire signé Franke et Lorenz

Publié le par dan29000

 

 

 

20:40

Water makes money

Comment les multinationales transforment l'eau en argent

ZDF © Herdolor Lorenz

mardi, 22 mars 2011 à 20:40

Rediffusions :
24.03.2011 à 10:05
31.03.2011 à 14:45
Water makes money
(Allemagne, 2010, 75mn)
ZDF
Réalisateur: Leslie Franke, Herdolor Lorenz

  

Partout dans le monde, Veolia et Suez s'approprient la gestion de l'eau. Une enquête rigoureuse et engagée sur les dérives de l'utilisation de l'or bleu à des fins commerciales.

En France, Veolia et Suez gèrent 80 % de l'approvisionnement en eau dans le cadre de partenariats public-privé (PPP) qui voient les communes rester propriétaires des infrastructures et déléguer l'exploitation aux entreprises privées. Mais alors que ce modèle rencontre un indéniable succès à l'étranger, de plus en plus de municipalités tentent de reprendre le contrôle de l'eau dans l'Hexagone.

Recommunalisation
Ce film passionnant retrace, documents à l'appui, le processus qui a conduit à l'abandon des régies publiques, encouragé par "le droit d'entrée" : une pratique consistant, pour les opérateurs privés, à mettre à disposition des communes une confortable somme d'argent afin de s'assurer la conversion au modèle du PPP. Ces mariages d'intérêt ne sont pas restés sans conséquences pour les usagers : factures en constante augmentation, canalisations non entretenues... La longue liste de doléances a incité certaines municipalités, à l'instar de Paris et de Grenoble, à choisir la "recommunalisation" pour protéger la ressource en amont et offrir aux habitants un service de qualité. En France, mais aussi en Allemagne, au Kenya ou au Guatemala, par la voix d'experts tels que Maude Barlow, lauréate du prix Nobel alternatif, d'élus locaux dont Anne Le Strat, adjointe au maire de Paris chargée de l'eau, et de représentants d'associations de consommateurs, Water makes money alerte sur les dangers liés à l'hégémonie de Veolia et Suez, qui se traduit par une présence grandissante des multinationales dans les médias, les partis politiques, les ONG et les universités...

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Water Makes Money

2Tréalisé en 2010 par Leslie Franke, Herdolor Lorenz

Etoile on Etoile off Etoile off Etoile off Etoile off 
    
         
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur Delicious
Partagez sur Wikio
 
mardi 22 mars 2011 à 20h40 sur Arte
Synopsis

Une enquête sur le processus qui a conduit à l'abandon des régies publiques, encouragé par «le droit d'entrée» : une pratique consistant, pour les opérateurs privés, à mettre à disposition des communes une confortable somme d'argent afin de s'assurer la conversion au modèle du PPP - partenariats public-privé. Ces mariages d'intérêt ne sont pas restés sans conséquences pour les usagers : factures en constante augmentation, canalisations non entretenues, une liste de doléances qui a incité certaines municipalités, comme Paris et Grenoble, à choisir la «recommunalisation». En France, mais aussi en Allemagne, au Kenya ou au Guatemala, par la voix d'experts, d'élus locaux et de représentants d'associations de consommateurs, ce film alerte sur les dangers liés à l'hégémonie de Veolia et Suez.

La critique TV de télérama du 19/03/2011

2T

L'eau du robinet est-elle une marchandise comme les autres ? Non, répond cette enquête limpide comme de l'eau de roche qui dénonce la privatisation de la gestion du précieux liquide. En France, 80 % de l'approvisionnement en eau est géré par Veolia et Suez - les communes, propriétaires des infrastructures, délèguent l'exploitation aux deux géants du secteur. Or, constatent Leslie Franke et Herdolor Lorenz, ces multinationales transforment les usagers que nous sommes en vaches à lait. Une fois le partenariat décroché, elles augmentent peu à peu les factures tout en réduisant la qualité de l'entretien et du renouvellement des réseaux. Elles chlorent inconsidérément l'eau pour se simplifier la tâche. De plus, continuent les réalisateurs, Veolia et Suez trompent les élus à coups de contrats opaques - voire les corrompent - et pratiquent un lobbying très efficace jusqu'à Bruxelles.

La charge est vive, mais solidement argumentée et soutenue par des intervenants de poids, tels le maire de Munich et l'adjointe au maire de Paris chargée de l'eau, Anne Le Strat. Paris, c'est d'ailleurs l'exemple d'une ville qui a choisi de « recommunaliser » sa gestion de l'eau. Comme toujours plus de villes en France et dans le monde. Les deux tiers des contrats passés entre les sociétés privées et les villes arrivant à échéance dans les quatre ans qui viennent, ce film militant entend peser dans la balance.

Marc Belpois

 

Source : Telerama

Publié dans écrans

Commenter cet article