Brest : AE2D soutient Bretagne vivante face au projet du Centre de formation du Stade brestois

Publié le par dan29000

bretagne_vivante.jpgCentre de formation du Stade brestois : AE2D soutient Bretagne vivante


 


 

04-01-2012

 

 


 

 

Les associations de protection de l'environnement ne déposent jamais des recours par plaisir. Les associations environnementales dénoncent depuis des années les aménagements routiers : la vallée du Restic, Lanrinou (Landerneau), la création de nouvelles ZAC (Daoulas), les innombrables projets de lotissements dans les communes rurales ou littorales et, aujourd'hui, le projet du centre de formation du Stade brestois. Pour autant, elles n'acceptent pas d'être mises à l'index.


Elles ne déposent jamais des recours par plaisir. Elles ne le font que lorsque les limites en termes d'atteinte à l'environnement et à la démocratie sont dépassées. C'est pourquoi AE2D tient à manifester publiquement sa solidarité à Bretagne vivante, association pionnière, qui depuis 50 ans défend avec sérieux et persévérance la nature en Bretagne.
Le droit de l'environnement est le droit le plus mal appliqué dans notre pays. Les associations, dont la protection de l'environnement fait l'objet, et qui sont agréées par l’État, peuvent-elles décemment accepter que les règles de base de la protection de la biodiversité soient bafouées ?
Peuvent-elles ainsi se satisfaire du recours abusif aux procédures expéditives de révision simplifiée qui, les unes après les autres dénaturent les objectifs affichés : « préservation de l’espace naturel et agricole », « développement urbain maîtrisé » du Plan Local d'Urbanisme ? Que penser du non-respect par BMO de la signature du Contrat Territorial des Milieux Aquatiques, censé préserver les zones humides sur son territoire ?

L’escargot de Quimper (et au moins 2 autres espèces protégées), dont se gaussent cyniquement les promoteurs du projet et leurs soutiens populistes, sont des révélateurs de la richesse du site. Protéger l’escargot en question c’est le meilleur moyen de protéger un milieu riche en biodiversité.

Il est clair que, si les dirigeants du Stade brestois cherchent à imposer leur projet sur le site de Plougastel, ils n'auront jamais l'accord des associations de protection de l'environnement. La justice s'honorera de leur rappeler que l'argent ne permet pas tout.

SOURCE / AE2D

Publié dans environnement

Commenter cet article