Calais : la mairie s'en prend aux "No Border" qui aident les migrants

Publié le par dan29000

Communiqué No Border Calais

[1] Mme Bouchart, maire de Calais, a décrété l’interdiction aux No Border d’aider les gens sur la voie publique et prétend faire intervenir la police. [2] Rappel utile pour bien comprendre en quoi il est important pour Mme Bouchart que les no border ne puissent pas aider : les associations sont en vacances, les réfugiés n’ont plus qu’un repas par jour.

http://www.nordlittoral.fr/actualit...

En réponse :
Communiqué No Border Calais

Mme Bouchart veut interdire à No Border d’aider les "migrants" sur la voie publique.

Ni No Border, ni l’aide, ni la voie publique n’appartiennent à Mme Bouchart dont la Toute Puissance ne représentait que 23%, toutes droites confondues, aux dernières élections.

No Border n’est pas une association d’aide aux réfugiés mais un mouvement politique pour la liberté de circulation, la fin des frontières et de l’exploitation des salariés, ainsi que la possibilité pour chaque humain de déterminer où il veut vivre sans être enfermé dans des camps d’étrangers. Personne n’est illégal.
Nous n’avons pas à obéir à Mme Bouchart dont les "idées" et les pratiques sont similaires à celles de l’extrême-droite : actes illégaux contre les droits humains, mépris des chômeurs et des "pauvres calaisiens", mensonges et organisation de la délation, tentative d’éviction des pauvres du centre-ville par la construction de logements hors de prix, allégeance envers le grand patronat...

Les associations subventionnées par la municipalité n’ont pas le monopole de l’aide aux migrants.De nombreuses personnes anonymes agissent sans association ni argent public pour corriger les atteintes aux droits humains des réfugiés organisées par l’Etat.

Avec le conseil des migrants, sans migrant, et ses subventions, la mairie de Calais a pu museler les associations humanitaires locales, et s’est donnée les mains libres pour agir en dehors de la légalité abusant de pouvoirs qu’elle ne détient pas.

Il ne suffit pas de refuser toute rencontre avec les représentants des organisations de défense des droits humains, ni de les empêcher de se réunir dans des salles municipales, ni de bloquer tout dialogue avec les associations subventionnées, pour faire croire que tout va bien, qu’il n’existe plus de guerre capitaliste dans le monde ni de personnes qui les fuient pour sauver leur vie.

Il existe des lois qui interdisent à une mairie et à monsieur Mignonnet, adjoint à l’environnement durable, de pénétrer dans un lieu privé et d’y voler les affaires et les papiers des personnes pour les détruire.

Il existe aussi des lois qui interdisent à la police de contrôler sans motif les personnes, de les mettre en garde à vue sans avocat et de faire en sorte de renvoyer des gens vers un pays qu’ils ont fui, pour bénéficier d’une prime de fin d’année en fonction du nombre de gardes à vue et d’expulsions réussies. [3]

La véritable misère à chasser, c’est la misère intellectuelle sur laquelle poussent toutes les idées nauséabondes de l’extrême-droite, celles qui sont l’unique soutien à l’attaque actuelle de tous nos droits sociaux et libertés publiques, en résumé nos droits humains.

No Border continuera d’aider les réfugiés à exercer leurs droits à la vie sur la voie publique de Calais, No Border continuera à surveiller les agissements de la police et à s’opposer à la destruction perpétuelle des lieux de vie de ceux que le pouvoir s’acharne à rendre invisibles...
Il n’y a aucune autorisation préalable à obtenir en France et dans une ville si "démocratiquement" gérée, pour exercer le devoir politique de solidarité envers les salariés de tous pays.

[1] 48h avant le 2 juillet, les associations humanitaires ont reçu une convocation sans ordre du jour, pour assister au conseil des migrants. Mme Bouchart, arrivée avec un retard de 50 minutes, s’est contentée de lire un texte, sans discuter.

[2] Renseignements pris, ni le conseil régional n’a déposé plainte, ni la mairie n’a produit un arrêté concernant l’aide apportée par No Border.

[3] PRIME DE RESULTATS EXCEPTIONNELS Année 2008 (suite)

MONTANT 2008 (cf. arrêté ministériel du 25 juin 2008) · 600 euros par bénéficiaire pour les PRE à titre collectif ; · de 500 à 1000 euros par bénéficiaire pour les PRE à titre individuel.

* Les indicateurs par grand type de mission sont : la lutte contre l’immigration irrégulière, pour toutes les unités de la police aux frontières diligentant des procédures d’étrangers en situation irrégulière interpellés à leur initiative : nombre d’étrangers en situation irrégulière (ESI) interpellés d’initiative/nombre de personnels actifs de l’unité concernée ;

* la lutte contre l’immigration irrégulière organisée, pour les unités d’investigation (brigades mobiles de recherche, unités judiciaires) ou toute autre unité ayant une activité dans ce domaine : nombre d’aidants à l’immigration irrégulière effectivement interpellés/nombre de personnels actifs du service ;

* la rétention administrative, concerne tous les centres de rétention administrative gérés par la PAF : nombre d’étrangers éloignés/moyenne de places de rétention disponibles sur la période de référence ;

* l’activité des brigades de chemin de fer, met en concurrence les six brigades de la DCPAF : nombre de mises à disposition/nombre de personnels actifs de la brigade de chemin de fer.

pour les compagnies républicaines de sécurité de service général et les compagnies autoroutières :

* pour les compagnies de service général : nombre total de mises à disposition des OPJ territorialement compétents, suite à interpellation, sur nombre de jours rapportés aux fonctionnaires en sécurisation ;

 

 

Source : Indymedia

Publié dans actualités

Commenter cet article