Canada : JO : Blocage de la flamme olympique

Publié le par dan29000

c-resistances-copie-1.jpgHuit manifestants arrêtés lors du blocage de la flamme olympique en Ontario


Aujourd’hui, juste après 13 heures, un groupe de jeunes autochtones a brièvement bloqué le pont Trans Canada Highway sur la Spanish River, interrompant le relais de la flamme olympique sur le chemin reliant Sudbury à Sault Ste Marie. Les jeunes de plusieurs premières nations ont essayé d’ériger un trépied de vingt pieds de haut pour bloquer la flamme. Tous les huit ont été arrêtés par la police locale.

La blocage d’aujourd’hui a eu lieu pour attirer l’attention sur les réelles injustices perpétrées par le VANOC [1] et le CIO pour les Jeux de 2010 ; attirer l’attention hors de la version assainie et repeinte en vert du Canada que le gouvernement et les Jeux essaient de présenter. Les protestations du Réseau de résistance aux JO à travers le pays ont mis en évidence la colonisation en cours de territoires indigènes non cédés, la destruction environnementale causée par les Jeux, ainsi que le déplacement et la criminalisation des pauvres dans la ville de Vancouver, le gaspillage de l’argent public pour payer les Jeux et l’instauration d’un Etat policier pour les sécuriser.

Le jeune Anishinabe Mark Corbiere a déclaré que "le VANOC et le gouvernement du Canada ne peuvent plus blanchir l’héritage brutal du colonialisme en cours du Canada, ni sa note environnementale extrême ; ce sont les choses que le Canada et le VANOC représentent vraiment et nous ne les laisserons pas utiliser le projecteur olympique pour laisser leurs mensonges incontestés devant le grand public."

Ce blocage pacifique, conduit en solidarité avec les communautés affectées par les JO en Colombie britannique, vient à la suite des actions directes menées dans l’Ontario du sud, dont l’interruption du relais de la flamme olympique à Kingston, Toronto, Hamilton, Six Nations, Oneida, London, Stratford, Kitchener, Guelph et Barrie. Lors de toutes ces interruptions, un des messages principaux a été : "Pas de Jeux olympiques sur des terres indigènes volées".

Le groupe explique que ce slogan anti-olympique résiste aux affirmations médiatiques récentes que les communautés indigènes du Canada soutiendraient les Jeux : "le VANOC et le gouvernement canadien veulent que les canadiens et le monde entier croient qu’ils ont travaillé avec les gens des premières nations dans un sens prétendument significatif pour créer un prétendu partenariat commun pour les Jeux", a déclaré Corbiere. "Cependant", poursuit-il, "la réalité est que les organisateurs des Jeux de 2010 ont pris chaque occasion de profiter de la destruction des pays indigènes, s’approprier la culture indigène, créer des divisions entre les communautés indigènes, et mettre généralement en avant le mythe destructif que les premières nations sont traitées avec respect et dignité par le gouvernement canadien ; nous résistons à ces mensonges, nous résistons au colonialisme canadien et nous soutenons ceux disent non au raz-de-marée de développement Olympique sur nos pays."

Les huit personnes ont toutes été relachées et ne seront pas poursuivies.


Source : HNS info

Traduit de l’anglais par Gachet, HNS-info

Publié dans actualités

Commenter cet article