Echirolles : Besma, communiste, laïque et musulmane, et alors ?

Publié le par dan29000

mechta_besma-9573b-905f1.jpg


Echirolles adoube son élue au fichu  

Besma Mechta Déléguée Animation des Centre Sociaux auprès de l’Adjoint M. Rouveyre Communistes et partenaires


de Camille Neveux

Besma Mechta, communiste "musulmane et laïque", a fait accepté son foulard par presque tous les habitants.
Elle ne porte pas un voile. Mais un "turban" ou un "fichu", comme elle l’appelle parfois. Au pied de son immeuble grisâtre situé en lisière d’une cité d’Echirolles (Isère), Besma Mechta retire son bonnet noir. Quelques flocons de neige volent. Son long foulard rose pâle illumine son visage poupin. "Vous voyez, je ne suis pas voilée, murmure-t-elle. C’est juste un bout de tissu qui me couvre la tête."
Elue sur la liste communiste dans cette ville de 35.000 habitants, en proche banlieue de Grenoble, Besma siège au conseil municipal avec son "fichu" depuis bientôt deux ans. Aujourd’hui, "tout se passe bien", respire-t-elle. Mais sa présence après les élections en a irrité plus d’un. "J’ai pourtant fait campagne avec mon fichu. Je n’ai trompé personne. Les électeurs ont voté pour moi en connaissance de cause."

En cette mère de quatre enfants, âgée de 32 ans, auxiliaire de vie la journée, impliquée dans la vie associative de la ville le soir, ils n’ont donc vu que la jeune femme au foulard. Aujourd’hui, Besma sourit. Cette image ne lui colle plus à la peau. Quelques Echirollois interrogés au débotté assurent qu’elle porte son fichu "de manière discrète, pas agressive", et que cela "ne les dérange pas". Les élus de la ville, dont certains avaient exprimé leur réticence au début de la mandature, louent aujourd’hui une jeune femme "intégrée", "ouverte", "très impliquée" dans le festival municipal, Cité plurielle, consacré chaque année au thème du "vivre ensemble".

"Le symbole d’un pas en avant"

Emmanuel Chumiatcher, adjoint socialiste à l’aménagement urbain, est de ceux-là. "Par le travail qu’elle fait, de la manière dont elle le fait, elle n’est suspectée par personne de prosélytisme ou d’islamisme, affirme-t-il. Quand elle se déplace avec les élus, elle n’est pas vue différemment des autres. On la regarde en tant que personne." Le groupe socialiste, qui fait partie de la majorité, a pourtant saisi la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) puis la préfecture dès son arrivée. "Juridiquement, rien ne l’empêche de siéger en étant couverte, assure Chumiatcher. Elle ne porte pas atteinte à la laïcité."

D’autres, comme Thierry Labelle, élu Modem dans l’opposition, ont affirmé dès le début "qu’elle apportait bien plus aux autres femmes musulmanes au conseil municipal qu’en restant chez elle". C’est également l’avis du maire PCF de la commune, Renzo Sulli, qui a rappelé à ses administrés inquiets que son élue est une "militante laïque". Elle est "le symbole d’un pas en avant", qui doit "servir d’exemple, ouvrir la porte à tous les autres", écrit-il dans une longue lettre.

Aujourd’hui, Besma Mechta ne comprend pas que la candidate voilée du NPA dans le Vaucluse déchaîne autant les passions. "On peut être musulmane et laïque. Je le suis. En tant qu’élue, je ne me revendique pas comme celle qui porte le voile." Sur son histoire, sa pratique de la religion musulmane, le pourquoi de l’existence de ce foulard? "Je n’ai pas à dévoiler mon cheminement personnel", se raidit-elle. C’est sa seule limite. Avec celle de ne pas trop parler à la presse, à cause des "pressions", du "climat". "Je veux avant tout protéger mes enfants. Le téléphone n’arrête pas de sonner. Ils sont inquiets, il faut leur expliquer tout ça." Ça? Avoir une maman élue, musulmane et qui porte le foulard. A eux, cela ne leur paraît pas bizarre.

http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Echirolles-adoube-son-elue-au-fichu-172319/

De : Camille Neveux

Source / bella ciao

Publié dans actualités

Commenter cet article