Egypte : Wael Ghonim, le nouveau visage, en forme de héros, de la révolution

Publié le par dan29000

 

 

Wael Ghonim, le « héros » malgré lui qui a fait pleurer les Egyptiens

Cet administrateur d'un groupe Facebook révolutionnaire, détenu douze jours, a témoigné à la télé. « Un tremblement de terre. »


 

La révolution égyptienne a un visage, une voix, un héros. Il s'appelle Wael Ghonim, travaille pour Google au Moyen-Orient, et vient de passer douze jours en détention au secret en Egypte en raison du rôle qu'il a joué dans la mobilisation de la jeunesse égyptienne sur Internet. Libéré lundi, il a fait pleurer le pays entier lundi soir en racontant sa détention sur une chaîne de télévision privée.

Pendant douze jours, personne ne savait où se trouvait Wael Ghonim. Ses amis et sa famille ont fair le tour des hôpitaux du Caire, et vainement tenté de savoir s'il avait été arrêté.

En fait, il était interrogé par la Sécurité d'Etat, sans avoir été maltraité, a-t-il dit, pour son rôle dans un groupe Facebook qui a joué un grand rôle ces derniers mois, avant le début du soulèvement contre la dictature. Wael Ghonim se cachait alors sous le pseudonyme « Shaheed », et était l'administrateur, sur le réseau social, du groupe « We are all Khaled Said », du nom d'un blogueur torturé à mort par la police égyptienne en juin 2010.

« L'Egypte pleure… Dieu te bénisse Ghonim »

Pour beaucoup d'Egyptiens, le passage de Wael Ghonim, lundi soir sur Dream TV, constitue un véritable tournant dans cette crise politique qui s'enlise, au moment où le pouvoir pouvait espérer reprendre le dessus par un semblant de normalité dans la vie quotidienne.

Son interview a bouleversé et électrisé les téléspectateurs, qui ont découvert un visage, une voix, et une émotion pour incarner le mouvement de la jeunesse égyptienne, actif sur les réseaux sociaux, et qui est au cœur de cette révolution démocratique. (Voir la vidéo sous-titrée en anglais)


Sur le site de microblogging Twitter, traduit par notre partenaire Global Voices Online, @EgyptSecularist écrit :

« C'est un tournant dans la révolution. L'émotion de Wael Ghonim donnera plus de détermination à Tahrir. Demain va être un jour incroyable. »

Plusieurs autres réactions sur Twitter vont dans le même sens. Pour @SarraMoneir, « l'Egypte pleure… je me noie dans mes propres larmes. DIEU TE BENISSE Ghonim ». Jusqu'au journaliste de CNN Ben Wedeman, présent au Caire, qui confirme d'une formule :

« L'interview de Wael Ghonim sur DreamTV : un tremblement de terre. »

L'impact de cette interview est tel que plus de 130 000 Egyptiens se sont déjà inscrits sur un groupe Facebook pour demander à Wael Ghonim de devenir le porte parole de la révolution égyptienne ! (Voir la capture d'écran)

 

Au cours de l'interview, Wael Ghonim était d'autant plus ému qu'il ignorait, pendant ses douze jours de détention, tout ce qui se passait à l'extérieur de sa geôle, et en particulier les très nombreux morts. Il a longuement rendu hommage aux « martyrs » et à leurs familles, en soulignant que ce ne sont pas les manifestants qui ont provoqué les morts, mais ceux qui s'obstinent à refuser d'accorder des droits aux Egyptiens. En disant cela tout haut sur une chaîne de télévision égyptienne, il a exprimé ce que ressentent tous les Egyptiens.

« Tout ce que nous voulions, c'est que les gens descendent dans la rue pour réclamer leurs droits, et les prendre. C'est tout. »

La journaliste qui l'interviewait, Mona El Shaziy, ne cachait pas, elle-même, son émotion et sa sympathie pour ce jeune homme aux cheveux bouclés qui pleurait devant elle.

Les « enfants de Facebook » ne sont pas des « traîtres »

« Je ne suis pas un héros », a protesté Wael Ghonim. « J'étais endormi pendant douze jours », a-t-il ajouté, en faisant référence à… sa période de détention.

« Les héros sont ceux qui étaient dans la rue, ceux qui se sont fait tabasser, ceux qui se sont fait arrêter, qui se sont mis en danger. Je ne suis pas un héros. »

Les larmes aux yeux, Wael Ghonim a souligné qu'il n'était pas un « traître », contrairement aux accusations qui lui ont été lancées au cours de sa détention, et a proclamé son amour pour son pays.

« Nous voulions nous battre pour nos droits et pour notre pays. C'est notre pays. »

Epuisé par sa détention, le jeune homme a souligné qu'il n'avait fait qu'« utiliser son clavier », alors que d'autres se mettaient en danger dans la rue.

« Cette révolution appartient d'abord à la jeunesse internet, elle appartient ensuite à la jeunesse égyptienne, elle appartient enfin à tout le peuple. Il n'y a pas de héros. Personne ne doit voler ce rôle. Nous sommes tous des héros. »

Wael Ghonim a fait part de l'incrédulité de ses interrogateurs face à ceux qu'il appelle les « enfants de Facebook », à l'origine des premières mobilisations sur le Web, alors qu'ils s'attendaient à trouver des « traîtres » instrumentalisés de l'étranger. Il pense les avoir convaincus qu'ils n'étaient pas des « traîtres », une accusation qui lui a visiblement fait très mal.

A un moment, la journaliste l'arrête et lui fait remarquer qu'il n'est pas en train de subir un interrogatoire et qu'il n'a pas à se justifier de ne pas être un « traître »…

Il a mis en garde que l'heure n'était pas venue de « partager le gâteau », ni d'« imposer des idéologies ».

On n'a pas fini d'entendre parler de Wael Ghonim

Pour son honnêteté, l'émotion et la sincérité dont il a fait preuve, Wael Ghonim est la première personnalité à émerger parmi les « enfants de Facebook » qui ont créé les conditions de cette révolution. Les Egyptiens sont convaincus, avec quelques raisons, qu'on n'a pas fini d'entendre parler de Wael Ghonim.

Mardi, Wael avait repris le chemin de la place Tahrir, et écrivait dans ce dernier tweet : « Les Egyptiens sont en train d'écrire l'histoire ».


Capture d'écran du tweet de Wael Ghonim.

Publié dans actualités

Commenter cet article

BSuperNana 10/02/2011 01:26



Douce nuit à toi, cher Dan,


Il commence à y avoir un frémissement qui va peut-être permettre de commencer à rêver à autre chose pour l'Egypte ... je parle bien sûr de liberté, de
démocratie et de moins (et au fond de moi, je pense "plus" dans le sens plus rien du tout) d'opprimés et de personnes en dessous du seuil de pauvreté (ça, ce sera pour plus tard mais il faut le
penser déjà ....)


Tout cela commence à avoir, pour moi (ce n'est que mon ressenti), un parfum de Mai 1968 en France ... avec en Egypte, plus de colère et de souffrance
...


Ca avance doucement mais sûrement ... mais il faut aussi bien penser que l'Egypte va devoir se refaire une santé monétaire car plus de touristes, plus
d'argent et les touristes ne se pressent pas pour revenir ...


Bon jeudi à toi, Dan. A bientôt. Bizzzzzzzzzzzz ...


SuperNana



dan29000 10/02/2011 09:38



ton commentaire rencontre tout à fait ce que je pensais il y a deux jours en voyant la place Tahrir, avec ses tentes, ses feux de camp, son infirmerie, ses groupes de joueur de cartes,
etc...effectivement une ambiance d'occupation d ela Sorbonne en 68 et du quartier latin, mais les risques étaient moins grands pour les occupants... Quant aux personnes sous le seuil de pauvreté,
cela ne risque hélas pas d'arriver, quand on pense qu'un pays ultra riche comme la France, en possède plusieurs millions, mais c'est un processus du temps long, sur plusieurs années, comme après
la chute du mur, les pays de l'est furent longs à se remettre, et certains ne le sont pas encore, vingt ans après...Bon jeudi, à plus, bises, dan