Entretien avec la philosophe Cynthia Fleury, démocratie et mouvement social

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

CynthiaFleury

 

Cynthia Fleury : " La démocratie, ce n'est pas la réciprocité des mépris "

 

Philosophe, professeur à l'Université américaine de Paris, à l'Institut d'études politiques de Paris et à l'Ecole Polytechnique, Cynthia Fleury, 35 ans, travaille sur les outils de régulation de la démocratie.

 

 

 
 

Le conflit autour de la réforme des retraites paraît dans l'impasse. Le gouvernement ne veut plus rien céder, arguant de sa légitimité, sortie des urnes. Le mouvement social est-il moins légitime qu'un pouvoir élu ?

Cynthia Fleury : On est dans l'erreur si l'on pense que la démocratie, c'est d'un côté un pouvoir représentatif, seul légitime, et de l'autre côté une foule. Même si le gouvernement affirme qu'il a orchestré la négociation, il ne l'a pas orchestrée jusqu'au bout, c'est-à-dire qu'il a refusé de reconnaître la valeur, la nécessité, la légitimité des acteurs publics que sont les syndicats, les partis politiques, les associations.

Dans les démocraties modernes, il y a d'un côté des citoyens éclairés, des citoyens responsables, et de l'autre des élites éclairées, des élites responsables. On peut estimer que les citoyens ou que les élites ne sont pas assez éclairés et jouer à se dénigrer perpétuellement mais cette attitude ne conduit nulle part. La démocratie, ce n'est pas la réciprocité des mépris.

La rue a-t-elle un rôle dans un processus de négociation ?

Qui est dans la rue ? Les syndicats, les partis de l'opposition, les étudiants, les grands corps, les services publics, ce n'est pas une " plèbe ", c'est fini ça, ce n'est pas une "foule", ce n'est pas une "masse", ce sont des individus éduqués, organisés, une force de proposition. Comme l'explique très bien Pierre Rosanvallon, à la suite de Montesquieu, il y a une asymétrie de la souveraineté : une souveraineté positive, qui renvoie au Parlement et au gouvernement, et une souveraineté que certains disent négative, c'est-à-dire la rue, qui gouverne par son pouvoir de veto, son pouvoir de sanction.

Les démocraties adultes s'organisent différemment, surtout avec l'irruption des nouvelles technologies et la part croissante de la démocratie participative. On essaie aujourd'hui de positiver cette souveraineté dite négative, c'est le grand challenge des démocraties modernes. Elles doivent structurer, organiser, ossifier la démocratie participative, travail qui a déjà commencé. Un nouvel acte s'est ouvert dans l'histoire de la démocratie.

La jeunesse, entrée dans la protestation plus récemment, a-t-elle sa part dans ce nouvel acte ?

L'intervention de la jeunesse dans le débat public signe toujours un nouvel acte. Elle bénéficié d'emblée d'une prime dans l'opinion par son charisme, d'un surcroît de représentativité et même d'un surcroît de légitimité parce qu'elle incarne l'avenir autant que notre questionnement sur la pérennité de notre modèle. Il faut se souvenir du discours prononcé par Jean Jaurès à Albi qui s'est adressé à la jeunesse en ces termes : "La vie a extrêmement resserré l'espace du rêve devant vous". Partant de cette constatation, il lui rappelle que le grand défi est de "défendre la puissance de l'âme", c'est-à-dire l'impératif d'inventer en refusant tout mimétisme avec les générations précédentes ou de s'engouffrer dans ce qui a été.

Comment surmonter l'absence de dialogue entre le pouvoir et le mouvement social ?
Si l'on veut en sortir, il faut admettre cette exigence de pluralité et de complémentarité des légitimités. Non seulement on discute mais on négocie, on recherche ce qu'on appelle le "compromis démocratique". Il ne s'agit pas d'une décision "amoindrie" par tous, ni du plus petit dénominateur commun. C'est une décision co-construite qui assume l'impératif d'invention démocratique. Le gouvernement actuel méconnaît ce temps de la souveraineté partagée, une valeur pourtant devenue importante. Il fait exactement l'inverse de la tâche d'un gouvernement : nous diriger, c'est-à-dire nous emmener vers un endroit.

Lire l'intégralité de l'entretien avec la philosophe Cynthia Fleury en zone Abonnés sur le site du Monde.fr ou dans le journal Le Monde daté du dimanche 24 - lundi 25

Publié dans lectures

Commenter cet article