Godard film socialisme absence Badiou Sanbar Smith liberté for ever

Publié le par dan29000

film-socialisme.jpgJLG/JLG

 

Malgré son absence, très présente à Cannes depuis deux jours, le film fut présenté dans "Un certain regard" hors compétition, il est dans les salles partout cet après-midi, après avoir été disponible en VOD hier et avant-hier.

 

Ces derniers jours l'ermite de Rolle était partout, de la couverture de Télérama à Mediapart en interviews durant une semaine, en passant par Transfuge ou les Inrocks. Grasset publiait une grosse biographie,  POL lui publiait FILM SOCIALISME (on vous en parle bientôt). Bref le maître des images intelligentes étaient partout, sans oublier les Editions Montparnasse qui nous offraient en mars dernier un sublime coffret de "Morceaux de conversations"...

 

godard-socialisme.jpg

Bref, l'homme était partout, sauf là où tout le monde l'attendait.

A Cannes.

Normal, c'est Godard.

 

LA LIBERTE COUTE CHER 

 

A presque 80 ans, le dernier des Mohicans du 7e art est resté dans son laboratoire-chalet.film-socialisme-2.jpg

Non sans avoir tenté, avec quelques autres, de disperser la meute de loups qui hurlait contre un autre génie du cinéma, blessé et exilé dans un autre chalet dans l'attente des pittbulls américains qui le poursuivent depuis plus d'un quart de siècle.

Mais sans nul doute, l'absence de Godard est plus parlante que sa présence pourtant forte, mais habituelle.

Et puis Godard, ce sont ses films, ne ressemblant à aucun autres, si personnels, si touchants, si justes, si libres, hors d'un temps, un temps si injuste, si vil, si vulgaire, si veule, un temps où les images sont partout, mais si vides de sens... Cela fait un peu plus d'un demi-siècle que JLG "fait" des films comme Picasso "faisait" des toiles...Au-delà de sa production d'images, de sa production de MANIFESTO_GODARD_L._rid.jpgsens sur l'art, sur la poésie, sur la peinture, sur la politique, sur nos amis palestiniens qui cherchent toujours leur Etat, sur l'état en coma avancé du cinéma actuel, sur la berlusconisation de toute la société européenne, sur70e9c35e-2776-11df-9948-017fe72ad4f6 cette Europe qui ne peut défendre que les banques et l'Euro, sur Sarajevo ou Mozart, Godard nous parle, intimement, allant à chaque film plus profond dans les méandres de nos esprits, les éveillant ou les réveillant aux résistances de l'art, nous démontrant qu'une image nous change, qu'une image se change aux côtés d'une autre image. Même si ses films depuis quelques années font assez peu d'entrées, cela n'est rien dans cette société où  l'on classe les films en fin d'année en millions de dollars récoltés. 

 

54000Alors Godard et nous, c'est une longue histoire(s) (du cinéma), une belle et longue histoire qui, jamais ne pourra s'achever. Celle d'un résistant du 7e art, d'un rebelle du système audio-visuel, d'un artisan de l'image-sens, d'un artiste indépendant, d'un amoureux des arts, d'un franc-tireur pas si isolé que cela, d'un créateur de formes, d'un passeur d'idées sur écran noir, d'un poète qui à transformer nos vies, par son talent, sa résistance, sa créativité, sa force de renouvellement. 

Alors son "absence" à Cannes a plus de présence que bien des présences d'autres stars qui brillent d'une certaine absence...

 

Dan29000

 

 news 4050 main

 

 

   "SI LA LOI EST INJUSTE, LA JUSTICE PASSE AVANT LA LOI"  

 

 

 

 

Publié dans écrans

Commenter cet article

Keruzien 19/05/2010 13:36



pas une fan de Godard, mais ça donne très envie de le découvrir.