Grèce : Anna Vagena, citoyenne en colère et nouvelle élue

Publié le par dan29000

Anna Vagena, la colère d’une citoyenne, nouvelle député au parlement

1 mars 2012
Par
Anna Vagena

Anna Vagena

 

 

Anna Vagena est une ancienne actrice, elle a un petit théâtre à Athènes et vient de prendre la place d’un député démissionnaire, sans vraiment la demander. Lors d’une interview, elle a clairement indiqué qu’elle ne rejoindrait pas le PASOK, et qu’elle ne se sentait pas la force de continuer le théâtre politique.

Mercredi dernier, le 28/02/2012, elle a pris la parole au parlement. Une parole sensée et pleine de colère. Elle met en garde la classe politique contre la fureur grecque qui s’annonce. Un discours plein de bon sens qui fait mouche.

 

 

Merci de m’avoir invité à prendre la parole, mais les enfants ne sont plus là, ils sont partis [Le parlement grec à un auditoire public]. Je tiens à vous dire que je suis émue et stressée. C’est très important pour moi. Je voulais dire aux enfants qui étaient là avant et qui viennent de Tyrnabos, ma région, parce que je suis originaire de Larissa, que le fait d’être ici aujourd’hui est un message d’espoir pour la nouvelle génération.

Je suis née et j’ai grandi à Larissa dans une famille dans laquelle j’ai grandi pauvre, c’était difficile et j’ai réussi à en arriver là avec mes propres forces, de manière honnête. C’est un grand honneur pour moi et je m’adresse à tous les jeunes, ceux qui écoutent peut-être, pour leur dire que l’espoir existe toujours. L’espoir existe quand vous êtes honnête, droit et que vous travaillez avec hardeur.

(Le président du parlement dit « Nous avons également apprécié votre présence à l’étape Mme Bagena »)

Anna Vagena

Anna Vagena au parlement

Je vous remercie beaucoup. Bien sûr, quand vous voyez après tout ce travail, des années de travail, un travail honnête, vient un moment où vous êtes un retraité et vous ne pouvez pas vivre de cette retraite …. c’est le moment de l’amertume.

Je vous observe attentivement ces jours-ci depuis que je me suis retrouvée dans le Parlement afin de voir ce qui se passe ici. J’ai surtout vu les deux grands partis qui tentent de se rejeter les responsabilités de l’un à l’autre. C’est cela notre problème ? Qu’est-il arrivé en 2008 ? Qu’en est-il devenu en 2009 ?. Vous comprenez ce que je vois ? C’est comme si une pièce de théâtre était jouée ici, à l’intérieur du parlement, en parallèle et sans rapport avec ce qui se joue à l’extérieur, dans la société, dans le monde. A l’extérieur on voit des choses qui existent comme si elles ne concernaient pas les partis politiques. Je parle comme çela parce que je suis encore nouvelle ici et je peux encore, heureusement, parler de la façon dont je veux parler de mon quartier et de ma rue.

Ici[dans le parlement], c’est comme si cela ne les concerne pas, comme s’il s’agissait d’une autre vie. Savez-vous comment la vie se joue dehors ? Ce que les gens vivent ? Ici c’est une chose bien différente. Les gens dehors sont étonnés d’entendre parler de millions d’euros qui partent [voir cet article], qui viennent, qui vont dans des comptes. D’où viennent ces millions? Qui va nous le dire? Où sont ces millions qui sont partis ? Ils n’ont pas été envoyés, en tout cas, par des personnes qui ont travaillé honnêtement et dur toutes ces années et ont atteint l’âge de 65 ans et ne peuvent pas vivre. Où sont ces millions ? Si seulement quelques-uns d’entre eux peuvent revenir. C’est ce que le monde veut en ce moment. Juste un seul million. Dites-nous ! Ne dites pas : un million a été envoyé légalement pour des affaires, un autre est parti pour une autre raison ou je ne sais pas quoi.

J’ai une petite entreprise théâtrale, depuis quelques années maintenant. Je serais censée être heureuse aujourd’hui parce que je pourrai payer les employés avec des très petits salaires. Cependant, je ne suis pas heureuse parce que je sais -et c’est de l’économie simple,  je ne m’y connais pas beaucoup dans les finances, mais je sais que cela est de l’économie simple-, que le monde qui vient me voir, mon public, le simple public, n’a pas l’argent pour payer le billet. Par conséquent, comment profiter d’un salaire de 200 euros par mois par exemple quand personne ne peut venir me voir? Je crois que c’est de l’économie simple, des finances simples, auxquels tout le monde devrait penser.

J’entends constamment parler de développement et de développement. Le président de la ND a parlé précédemment pour le développement, d’autres aussi. Quel développement ? Dans quelle ville ? Dans quelle Grèce délabrée et dans quelle Athènes délabrée ? Je vis et je travaille à Metaxourgio. Je viens à pied ici chaque jour . Je vous demande de venir à pied un jour. Aller en bas à partir du milieu de l’avenue Panepistimiou et Stadiou et marchez. Laissez vos voitures et venez un jour à pied pour voir l’Athènes dont nous avons honte. Nous voyons les touristes dans les quartiers historiques d’Athènes, à Metaxourgio, à Keramicos dans tous les quartiers du centre comme Patisia et Kipseli. J’ai honte quand je vois les touristes. Nous leur demandons de venir où ? Dans une ville délabrée ? Qui a fait de cette ville ce qu’elle est aujourd’hui ? Mme Diamantopoulou a déclaré, quand elle était dans l’opposition, que Karamanlis était le Premier ministre qui a fait du centre d’Athènes un ghetto. Oui je suis d’accord. Qu’en est-il devenu ensuite ? Un ghetto encore pire. Un ghetto de distribution et de vente de drogues et de toutes sortes d’illégalités. Et le problème n’est pas seulement les immigrants. Et n’essayez pas de me dire – comme je l’ai déjà entendu-, que je suis raciste. Ce n’est pas cela. L’absence de toute politique d’immigration, l’absence de toute politique sociale a mis le pays et Athènes dans cette situation. Comment çela va être développé ? Le tourisme est notre industrie lourde, c’est ce que chacun d’entre vous dit en permanence. Où les touristes vont venir ? Chaque fois que je vois des touristes dans Thiseio et Keramicos je me cache la tête de honte. Venez un jour à pied.

Anna Vagena

Anna Vagena au parlement

Par conséquent, tout ceci est en relation avec les mesures économiques, parce que cette situation amènera une explosion sociale, elle l’apporte déjà. Soyez prudent, je ne souhaiterai pas être ici. Il est fort probable que ce soit la dernière fois que je parle depuis ce pupitre. Cependant, j’invite ceux qui ont encore une sensibilité à être prudent. Parce que quand cette explosion viendra, certains iront se cacher derrière les hauts murs des villas qu’ils ont construits dans les banlieues. Et ils croient que là-bas, ils seront en sécurité. Ils ne seront pas.

Merci beaucoup

Un discours qui s’annonce comme son dernier : belle force de caractère de venir au parlement, dire les choses honnêtement et probablement quitter la vie politique. En tout cas, elle semble avoir choisi : son théâtre a sans doute beaucoup plus d’avenir que celui du parlement grec…

 

Source : Okeanews

Publié dans actualités

Commenter cet article