Grigny (69) : 1er forum national de la désobéissance civile

Publié le par dan29000

grigny [50%]Police politique et Etat impartial

Le 8 octobre 2011 va se tenir à GRIGNY (69) le premier forum national de la désobéissance civile. Il n'est pas question, ici, de disserter du fond du débat dont le terme phare  désobéissance doit s'entendre sous diverses acceptions...


Mais ce qui est intéressant est de  prendre connaissance du communiqué de René Balme, maire de Grigny (Rhône) et Paul ARIES, directeur du Sarkophage, co-organisateurs de l'événement : " Deux hauts policiers ont rendu, lundi 26 septembre 2011 au matin, une visite impromptue au siège éditorial du journal le Sarkophage, co-organisateur avec la Ville de Grigny (Rhône) du Premier Forum national de la désobéissance civile, le 8 octobre. Après cette rencontre « courtoise », nous tenons à « rassurer » le pouvoir : notre Forum pour fêter la désobéissance aura bien lieu, malgré les craintes « légitimes » de nos gouvernants et l’idée « généreuse » d’annuler ce Forum, et il aura lieu avec tous les participants annoncés dont la liste figure sur le site du journal Le Sarkophage et sur celui de la Ville de Grigny (Rhône).... etc."  ( cf communiqué complet : http://www.grigny-citoyenne.org/Grigny/spip.php?article1218) .

 

 

Cette  démarche de la DCRI  pose le débat sur la notion d'Etat impartial. Le gouvernement a t-il le droit de vouloir interdire une réunion pour des raisons politiques sans que l'on puisse démontrer un quelconque risque de violences ou d'atteintes à l'ordre public..? La  formulation de cette question  est étrange car à l'inverse  l'on connaît des rassemblements violents, racistes, xénophobes,  portants atteinte à la République qui doivent être pour le moins surveillés  voire interdits...

 

Alors comment pouvoir dire que l'intervention étatique est légitime dans un sens et pas dans l'autre? L'Etat doit il rester impartial quelque soit le rassemblement prévu ? 

 

Nous touchons là à la nature même de l'information dont se sert le gouvernement pour réagir ou anticiper une situation....Si cette information est analysée de manière fortement idéologique la réponse de l'Etat sera fatalement partiale...

 

Mais qui forge l'information détenue par un pouvoir exécutif ? A l'époque il s'agissait des renseignements généraux mais ceux ci ont été fondus dans la Direction Centrale de Renseignement Intérieur avec la Direction de la Surveillance du Territoire.Cette fusion absorption a aboutit a créer une véritable police politique au service du Président de la République...empêchant finalement ce pouvoir d'avoir une vision claire des enjeux  sociaux  et politiques à venir ( s'il l'avait souhaité un jour ?).

 

 

 

Un police de la pensée au coeur de la République

 

 

 

Le candidat François Mitterand et la gauche en général avaient promis la suppression des Renseignements Généraux, nous savons ce qu'il en est advenu.

 

En réalité les Renseignements Généraux étaient, pour le compte du pouvoir exécutif, charger de surveiller l'opinion, d'avoir des contacts avec les leaders syndicaux , associatifs, politiques   ( service de renseignement de la « vie politique, économique et sociale » du pays)  avec mission de faire remonter une analyse structurée d'une situation politique. Bien entendu, ce service au coeur de l'Etat n'était pas exempt de coups tordus.. mais les fonctionnaires qui y travaillaient  avaient un statut de fonctionnaire et n'étaient pas couverts par le secret défense statutairement ..au contraire des membres de la Direction de Surveillance du Territoire qui étaient intégralement protégés par ce secret ....

 

 

 

Finalement on connaît certaines turpitudes des RG mais l'on a dû mal a connaître l'exacte étendue de l'influence de la DST sur la République  même si l'on repère quelques affaires  comme celle des micros au canard enchaîné en 1973

 

 A partir du milieu des années 2000 non seulement la police nationale allait être  regroupée avec la gendarmerie sous la tutelle du ministère de l'Intérieur mais en 2008 était crée " un FBI à la française", la DCRI ( Direction Centrale du Renseignements Intérieur) absorbant la DST et une grande partie des renseignements généraux.... Le fonctionnement et les structures de la  DCRI sont couverts par le secret Défense. Difficile de faire plus opaque ...

 

L'on a vu les résultats de cette structure dans l'affaire de Tarnac, ( cf communiqué du Syndicat de la magistrature http://www.syndicat-magistrature.org/Tarnac-ou-l-antiterrorisme-a-grand....)

 

Mais ce qui est le plus dangereux ce n'est pas la mission traditionnelle de "surveillance des mouvements d'ultra gauche et autonome anarchiste" même si l'extrême droite, n'est pas concernée,  en matière de partialité l'on en a vu d'autres, mais ce sont surtout  les missions de prévention qui posent problème en terme de libertés publiques  : 

 

 

 

-prévention et lutte contre le terrorisme  et de tout acte « visant à porter atteinte à l'autorité de l'État, au secret de la défense nationale ou au patrimoine économique du pays »,

 

 

 

- surveillance des mouvements, groupes ou organisations subversifs  violents et des phénomènes de société précurseurs de menaces...

 

 

 

 

 

Qu'est ce qu'un phénomène de société précurseur de menaces...? Est ce que l'on ne peut pas interpréter la lutte contre tout acte portant atteinte au patrimoine économique du pays  comme une surveillance et une lutte contre une grève....?

 

 

 

Bref, nous sommes, non seulement,  face à une police politique mais  à sa version orwellienne:  une police de la pensée couverte par le secret défense...Cette triste analyse se renforce quand l'on comprend  que la DCRI regroupe inévitablement l'alliance de pratiques des    anciens renseignements généraux en lien avec les forces vives de la nation avec un contre espionnage .. Il faut noter que la DCRI est doté du fameux fichier CRISTINA classé « secret défense », qui, outre des données personnelles sur les personnes fichées, engloberait leurs proches et leurs relations. 

 

 

 

De là a voir partout des ennemis de l'intérieur, le risque est vite franchi. L'on se croit revenu au temps de la guerre froide...ou d'une nouvelle forme de mac carthysme

 

 

 

C'est sans doute le cas de la démarche de Grigny...

 

 

 

 

 

Grigny, un exemple de police politique

 

 

 

 

 

Lors de ce forum l'on retrouve toute la gauche politique syndicale et associative....Sont ils devenus au yeux du pouvoir une atteinte potentielle à l'Etat?.....Enième démonstration d'une panique Sarkozienne...qui utilise l'instrument qu'il a forgé lui même la DCRI....

 

 

 

L'action de ce  service  est d'autant plus exotique qu'il existe encore un  autre service qui joue le rôle de courroie entre le gouvernement et les forces vives de la nation : le service d'information générale (SDIG Sous direction de l'information générale)  qui existe à chaque échelon de préfecture régionale et départementale et doit comme a l'accoutumé interroger syndicalistes ou élus lors de manifestation sur la voie publique ou autres..La routine sociale et réglementaire ...

 

 

 

Bref, le preuve de l'utilisation d'une service de l'Etat    au profit d'intérêts partisans est encore une fois démontrée...Pas n'importe quel service , celui qui prétend à la police de la pensée...

 

 

 

Pourtant notre  République est certes menacée par la corruption qui ronge ses fondements mais aussi par tout un tas de dérives sectaires et communautaristes dont on entend plus trop parler. Par exemple l'implantation de l'Eglise de Scientologie dont l'acteur Tom Cruise n'hésitait  pas à faire la publicité et rencontrait en 2006 Nicolas Sarkozy (http://www.dailymotion.com/video/x6tu8_sarkozy-cruise-secte-scientologie...).

 

 

 

 L'interview de cet ex ministre de l'intérieur est révélateur à ce sujet et expose la ré-orientation voulue par ce ministre de l'époque au bénéfice des sectes ... (..http://www.youtube.com/watch?v=e0GDAujSRJM).Il n'est pas étonnant qu'en 2011 la scientologie  n'hésite pas à s 'en prendre directement à la MIVILUDES  ( http://www.danielegounord.com/2011/02/03/leglise-de-scientologie-salue-l...).

 

 

 

La République est laîque n'en déplaise au chanoine de Latran, mais aussi elle protège ses citoyens contre l'embrigadement sectaire et s'adresse en femmes et hommes éclairées ui peuvent débattre en toute sérénité de la légitimité d'un loi, de son caractère relatif et de sa nécessaire évolution ...

 

 

 

 

 

Aussi n'hésitez pas a participer au forum de Grigny , vous y entendrez parler de conquêtes de nouveaux droits et à la préservation de récents ( Droit au Logement), en somme d'une République sociale .( http://www.grigny-citoyenne.org/Grigny/spip.php?article1217).

 

 

 

Gilles SAINATI membre du Syndicat de la magistrature

 

Source : MEDIAPART

Publié dans actualités

Commenter cet article