Israël : les terroristes français de la "Ligue de défense juive" en Palestine bientôt

Publié le par dan29000

 

ldj

Israël : des extrémistes français en renfort auprès des colons juifs

Issue d'une mouvance « terroriste » selon Israël, la Ligue de défense juive sera en Palestine pendant une semaine cruciale à l'ONU.

Baruch Marzel, chef de file de la mouvance Kach, célébré par des partisans en septembre 1994 en Israël (Havakuk Lvison/Reuters).

Expérience militaire requise, la semaine prochaine en Cisjordanie, pour une cinquantaine de membres de la Ligue de défense juive, pendant que Mahmoud Abbas déposera au siège des Nations unies la demande de reconnaissance d'un Etat palestinien.

Difficile d'obtenir une réaction officielle française sur cette expédition controversée en Israël, mais pas ici. Une porte-parole du Quai d'Orsay, qui suit la région, ne « conna[ît] pas » la Ligue de défense juive. L'ambassade de France à Tel-Aviv rappelle simplement que l'on « dissuade nos ressortissants de se livrer à toute provocation ».

Au ministère de l'Intérieur, dont la DCRI suit les organisations extrémistes, « le sujet est confidentiel ». Voilà comment 55 citoyens français connus pour leur violence vont pouvoir toiser des Palestiniens depuis des colonies juives, après avoir quitté discrètement l'Hexagone.

Intentions belliqueuses explicites

La Ligue de défense juive a explicitement annoncé, le 3 septembre sur son site, ses intentions belliqueuses :

« Ce voyage est réservé aux militants ayant une expérience militaire : le but de cette expédition est de prêter main-forte à nos frères face aux agressions des occupants palestiniens et donc de renforcer les dispositifs de sécurité des villes juives de Judée et Samarie. »

Capture d'écran du communiqué publié le 3 septembre sur le site de la Ligue de défense juive.

Le quotidien israélien Haaretz, seul média à avoir pour l'instant enquêté sur l'expédition, a joint un porte-parole de l'organisation, qui lui a donné quelques détails dans un article paru lundi :

« La mission […] sera composée de cinq groupes de onze personnes chacun, qui prendront “position” dans cinq colonies différentes de Cisjordanie.

Tous les frais des participants ont été pris en charge par des donateurs français que le groupe a refusé de nommer.

Les participants, des Français et Françaises âgés de 23 à 34 ans, ont tous eu un entraînement militaire. […]

La LDJ n'a pas eu de problème dans l'organisation logistique de sa mission en Israël, dit Cohen [le porte-parole, ndlr], et tout a été coordonné à l'avance avec les cinq colonies qui attendent leur arrivée.

Les participants ne s'envoleront pas vers Israël en groupe, a ajouté Cohen, mais arriveront plutôt à des dates différentes, indépendamment les uns des autres, depuis Paris et Nice. Certains membres du groupe sont déjà arrivés en Israël. »

« Il ne s'agit pas de provoquer les Arabes »

Le porte-parole assure qu'il ne s'agit pas « de provoquer les Arabes », mais de prêter main-forte aux colons « si les Arabes attaquent, en ces temps incertains ». Il fait sans doute allusion à la demande palestinienne de reconnaissance d'un Etat aux Nations unies le 20 septembre.

Alors que les forces de l'ordre françaises sont intervenues, en juillet, pour évacuer des militants pacifistes pro-palestiniens interdits d'embarquer vers Israël après que ce pays a communiqué une liste de personnes indésirables aux compagnies aériennes, on peut s'étonner du manque de réaction officielle française.

La Ligue de défense juive, qui combat pour un Etat hébreu dans les frontières du « grand Israël », est bien connue des autorités hexagonales, comme israéliennes ou américaines.

Montage des logos de Kach (en haut) et de la LDJ (en bas).

Terroriste en Israël et aux Etats-Unis, pas en France

Fondée à New York en 1968 par le rabbin américain Meir Kahane (assassiné par un islamiste en 1990), elle n'est pas logée à la même enseigne dans les trois pays, où on la retrouve sous différents alias :

  • en France, l'association originelle « Liberté démocratie et judaïsme », créée en 2001, aurait été dissoute deux ans plus tard, selon l'article Wikipédia consacré à la LDJ. La Ligue, qui n'a jamais été enregistrée officiellement, ni donc interdite, se livre régulièrement à des actes de violence. Certains de ses membres ou « proches » ont été condamnés.

En 2002, un commissaire de police avait été grièvement blessé lors d'une manifestation, à Paris. Plus récemment, en mai dernier, une soirée d'une association pro-palestinienne à la mairie du XIVe arrondissement de Paris avait été violemment perturbée par le groupe.


Dans son édition de mardi, Haaretz a révélé le contenu d'une analyse du Shin Bet (la sécurité intérieure israélienne) établissant que les groupes d'extrême droite évoluent désormais « comme des cellules terroristes organisées », qui ciblent des militants pacifistes israéliens et des Palestiniens, ou incendient des mosquées.

En une du journal, pour illustrer l'article, la photo d'un jeune militant de dos, portant un T-shirt orné de cette mention : « Le rabbin Kahane avait raison. »

Photo et illustrations : Baruch Marzel, chef de file de la mouvance Kach, célébré par des partisans en septembre 1994 en Israël (Havakuk Lvison/Reuters) ; capture d'écran du communiqué publié le 3 septembre sur le site de la Ligue de défense juive ; montage des logos de Kach (en haut) et de la LDJ (en bas).

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article