Poésie anticapitaliste : un petit chemin

Publié le par dan29000

Un petit chemin tortueux

Qui se chauffe au soleil d’été

 

Un petit chemin envahi de ronces

Abandonné des hommes

 

Un petit chemin ensauvagé

Qui n’entends plus que le chant des oiseaux

 

Un petit chemin endormi ;

Ou qui attends quelque un ?

 

Un homme passe, une faucille à la main

Et le chemin lui dit : suit moi !

 

Un homme qui cherche sans trouver;

Sans poser de questions décide de le suivre

 

Un homme regarde les ronces,

Il prend la faucille, l’aiguise

 

Un homme fauche les ronces de la futilité

Le chemin s’éclaire et s’ouvre

 

L’homme n’a pas demandé son nom au chemin

Le chemin n’a pas dit son nom à l’homme

Certains disent que les anciens l’avaient appelé Utopie

Parce que c’est le seul chemin qui sait parler aux hommes


Carland

 

Source, et allez jeter un œil sur son site, la tete au carhaix

Publié dans lectures

Commenter cet article