Réforme des retraites pour les nuls : rencontre avec la SCOP Le pavé

Publié le par dan29000

 

 

La réforme des retraites pour les « Nuls »
 
Vous n’y comprenez pas grand chose à la réforme des retraites que le gouvernement nous prépare ? Globalement, vous savez que ça n’apportera rien de bon, mais… Des activistes de l’éducation populaire ont mitonné un sketch qui vous fera rire (jaune) tout en titillant votre réflexion. Regroupés dans la SCOP Le Pavé, ces militant-e-s rabotent la langue de bois et vous invitent à lutter contre le novlangue dans bien d’autres domaines. D’excellentes armes pour la résistance. La preuve en vidéo.

Ils et elles ont des expériences multiples. Animateurs socioculturels, enseignants, formateurs, éducateurs… tous-tes ont la volonté de réhabiliter l’éducation populaire pour en faire un outil de transformation sociale : « Prenons conscience de l’importance de se révolter, réapprenons à écouter les cultures politiques des uns et des autres, prenons conscience de l’urgence de réponses collectives ».

En juillet, la SCOP Le Pavé était invitée à présenter une « conférence gesticulée » sur le travail et la retraite dans le cadre du festival La Belle rouge organisé par nos ami-e-s de la compagnie Jolie Môme. L’occasion de faire le tour des mensonges de la réforme en cours, sans oublier de rappeler que les premiers fossoyeurs n’étaient pas des sbires de l’UMP, mais des « socialistes » comme Jacques Delors, Pierre Bérégovoy, Martine Aubry… Humour noir garanti tout au long de ce qu’on pourrait appeler, à la manière de Normand Baillargeon, des petits cours d’autodéfense intellectuelle.

Outre la question du travail et de la retraite, Le Pavé a déjà tapé dans la mare pour éclabousser la culture, l’école, l’énergie, le sexisme, le management… avec des « contes politiques » bien affutés. La plage, Le Pavé va la chercher également en diversifiant ses interventions qui vont de la « déformation continue » (destinée aux professionnels de l’animation, de la prévention, de l’action sociale dans les collectivités locales, les associations et organismes socio-éducatifs) à des interventions dans la rue pour secouer les « incultes » que nous sommes. Rencontre avec une société coopérative ouvrière de production (SCOP) pas comme les autres.

Paco : Quel est l’objectif de la SCOP Le Pavé ?

Le Pavé : Instruire pour révolter. Le Pavé vise à réintroduire du politique dans le débat public. Nos parcours nous ont amené à travailler dans l’éducation populaire, nous en connaissons les rouages et les marges de manœuvre. Notre direction, c’est « la transformation sociale ». Ça veut dire pour nous comprendre le système, l’analyser et rechercher ce qui peut aider à modifier l’ordre existant vers plus de justice et d’égalité. Réformer le capitalisme est une chose, en sortir en est une autre... car il faudra bien un jour ou l’autre mettre fin à ce système. Cela suppose, pour nous, de se reparler politiquement, d’avoir des temps, des techniques, des méthodes pour permettre le témoignage, le récit, l’expression « libérée » et authentique. Nos interventions ont l’ambition de libérer l’imaginaire politique et de redonner de l’espoir pour envisager et construire ensemble des alternatives. Le socialisme du XXIe siècle est à inventer !

Paco : Parlez-nous des outils que vous utilisez pour lutter contre la manipulation du langage dans les médias et dans les discours populistes qui tentent de ratiboiser les cerveaux.

Le Pavé : Nous avons des conférences gesticulées, des contes politiques, des conférences théâtralisées sur l’éducation populaire et la culture, l’éducation nationale, l’engagement, la faim du pétrole, le travail, la prison, l’argent et les impôts… et leurs ateliers de mise en débats et d’imagination d’actions collectives. Des ateliers suivent chaque conférence gesticulée. Sur le langage, par exemple, nous proposons un « Atelier de désintoxication à la langue de bois », un atelier de désintoxication de la langue du management et de la contamination universelle de la logique d’entreprise à tous les secteurs de la société. Comment être contre la démarche qualité, la logique de projets, la gestion axée résultat, la pédagogie par objectifs, etc… Après un cours magistral construit collectivement, nous proposons une série d’exercices à répéter chez soi, dans le métro, en réunion d’équipe... L’atelier de désintoxication de la langue de bois se déroule généralement sur trois heures. L’idée est de vérifier collectivement que nous ne sommes pas dupes individuellement. Il en ressort une jubilation et un effet de libération. Nous ne sommes pas dingues quand nous trouvons que de monter des "projets" du matin au soir n’est pas la définition du bonheur. Encore faut-il se le dire ensemble ! Nous utilisons des méthodes de débat constructives et vivantes évitant des échanges stériles ou abstraits et la monopolisation de la parole par quelques-uns. Ça se passe dans la rue, pour toucher les fameux non-convaincus, en salle ou lors des rituels des réunions formelles (assemblées générales, comités de pilotage…). Nous travaillons sur site les orientations politiques, les valeurs, les contradictions dans les associations, les entreprises, les syndicats, les partis, les institutions, à l’occasion de diagnostics, de négociation de convention ou d’agrément, de conflit larvé, pour questionner la relation au public et/ou revisiter le projet associatif... Notre dé-formation continue en formation initiale, continue ou dans l’équipe de travail, nous permet de prendre du temps pour explorer le sens de son métier et ses marges de manœuvre, apprendre quelques méthodes d’éducation populaire, concevoir et expérimenter une action transformatrice de ses pratiques. Enfin, nous avons des actions d’interpellation pour partager des recettes, former aux outils d’actions culturelles d’interpellation avec des vidéos guides pédagogiques, des actions d’interpellation théâtrale, des groupes de réflexion politique longue durée, des dispositifs de débat de rue, des techniques d’expression avec masque, théâtre, vidéo, expositions-débats…

Paco : Vous êtes à cheval entre une certaine forme de théâtre militant et la formation permanente. Quelles sont les structures qui sollicitent le plus les « clowns consultants » que vous êtes ?

Le Pavé : Les structures associatives, militantes ou non, mais aussi certaines institutions comme des communautés de communes, des communes, des conseils généraux, les directions de la jeunesse et des sports, l’éducation nationale, les comités d’entreprises, les CCAS, les centres sociaux… et bien d’autres ! Et parfois, il suffit d’une personne qui se mobilise et nous contacte. On travaille ensemble et on arrive à monter l’action dans sa ville (représentation d’une conférence par exemple suivie d’ateliers et de stages.)

Paco : L’éducation populaire a du plomb dans l’aile depuis pas mal d’années. Le choix de monter une SCOP signifie-t-il qu’il est nécessaire de dépasser les structures associatives traditionnelles ?

Le Pavé : Nous sommes une association de travailleurs, nous ne voulions pas travailler pour d’autres, nous voulions nous donner notre propre direction et être entièrement autonomes. De plus, on voulait sortir de la dépendance financière dans laquelle sont les associations par rapport aux différents pouvoirs (par le biais des subventions par projet). La meilleure façon d’échapper à ça, c’était de monter une entreprise coopérative. Alors on est une coopérative : on fonctionne de manière horizontale - pas de chef, que des indiens – si certains connaissent l’expérience de LIP, ça peut s’appeler de l’auto-gestion.

Paco : Dans quels endroits et dans quels domaines allons-nous pouvoir rencontrer Le Pavé prochainement pour désintoxiquer nos têtes ?

Le Pavé : Le 24 et 25 septembre dans le Jura, le 29 septembre à Marseille (Incultures I), du 12 au 16 octobre à Lille, début novembre à Genève, du 23 au 26 novembre à Toulouse. Toutes les dates sont sur le site internet du Pavé.

Contacts : SCOP Le Pavé, La Godais, 35490 Gahard. Téléphone : 02 99 45 73 48. Courriel : scoplepave@gmail.com

Le Pavé sur Internet (où l’on trouve le détail des fondamentaux, des formations, du calendrier, la présentation des intervenants, des vidéos…)

Paco

Source : Bella ciao

 

 

 

 

 

Publié dans écrans

Commenter cet article