Retraites : Mémorial de l'Isère, le journal qui censure un dessin...Très vilain journal

Publié le par dan29000

 

 

 

mémorial

 

 

 

Le Mémorial de l'Isère est un journal, si si, il semble même qu'il possède quelques centaines de lecteurs, en Isère bien entendu. Et la direction de ce journal semble être constituée d'autistes qui ne peuvent pas ou ne veulent pas remarquer qu'il existe un fort mouvement social dans notre pays depuis quelques semaines, et que dans ce mouvement social contre la casse de notre système de retraites, la police sévit à plein temps dans plusieurs villes de l'hexagone, réprimant avec violence de nombreux jeunes. 

Alors ce petit média local a censuré ce dessin, dessin bien réussi, mais aussi, bien inoffensif, cela se nomme une censure, une censure hideuse, et surtout minable...

 

De plus la direction de ce journal ne sait pas lire, sinon elle saurait que de nombreux mineurs ont été blessés dans plusieurs villes...Quant aux chiffres des policiers, sans doute le chiffre d'Alliance, le syndicat favori du ministre de l'intérieur...

 

Donc à la censure, s'ajoutent le manque d'humour vis à vis de ce dessin, et la désinformation face aux chiffres des jeunes blessés.En retenir un seul est du domaine de la provocation pure et simple.

 

Pas très reluisant le Mémorial de l'Isère. 

 

Alors une seule solution, donner à ce dessin le plus grand écho possible, et le web va s'y employer dès ce week-end.

Nous commençons ici, ce samedi. 

 

MERCI A NOS LECTEURS DE FAIRE TOURNER CET ARTICLE AVEC SON DESSIN...

 

Dan29000 

 

=================================== 

 

En complément : le texte des censeurs dans un cadre vide ! 

 

Ce dessin vient d'être censuré par la direction du Mémorial de l'Isère, il n'a pas été publié et à sa place dans le cadre vide ce texte :

 

"Le dessin de cette semaine qui représentait un CRS patibulaire frappant de sa matraque un jeune garçon tuméfié ne correspond pa...s à la réalité, la direction du Mémorial a utilisé son "droit de censure comme d'autres ont le droit de grève ou le droit de donner des leçons. Notre enquête auprès des salariés grévistes et des lycéens contestataires ainsi que la presse nationale proche des grévistes laisse entendre qu'un seul lycéen aurait été blessé (une balle de caoutchouc dans l'œil) mais les traumatismes de vingt deux policiers sont confirmés par tous ce mercredi." 

 

 

 

Publié dans arts

Commenter cet article