Rokhaya Diallo (Les Indivisibles) : le racisme bienveillant

Publié le par dan29000

 

 

Rokhaya Diallo : « Je fais l'objet d'un racisme bienveillant »Rokhaya-Diallo-Canal---385x212.jpg

Ce vendredi 11 mars se tenait la première édition du rendez-vous que lancent ensemble France Info et Rue89. Cette nouvelle web-émission est hebdomadaire. Pour cette première, nous recevions avec Olivier Emond, de France Info, Rokhaya Diallo, « célèbre » depuis son altercation télévisée avec Eric Zemmour. Elle sort cette semaine chez Larousse « Racisme, mode d'emploi ».

Elle a présidé l'association Les Indivisibles durant plus de trois ans et décerne chaque année les Y a bon awards (dont Rue89 était partenaire en 2010) aux plus gros préjugés racistes. Elle revient sur des moments d'actualité qui ont marqué les derniers mois. (Voir la vidéo de l'entretien dans son intégralité)

 



De Zemmour à Guaino : « Le racisme s'est institutionnalisé »

La médiatisation de Rokhaya Diallo a pile un an. Elle remonte à son altercation sur le plateau de Thierry Ardisson avec Eric Zemmour, où il justifie le contrôle au faciès par la forte proportion de trafiquants de drogues noirs et arabes. (Voir la vidéo)


Depuis, le chroniqueur a été condamné pour « provocation à la discrimination raciale ».

Un an plus tard, c'est Henri Gaino qu'elle a rencontré sur le même plateau de télévision. C'était samedi 5 mars, elle a interpellé le conseiller de l'Elysée sur le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy, dont il avait été la plume :

« Il y a eu institutionnalisation de la parole raciste qui s'est répandue parce qu'elle fait écho à une inquiétude des Français, à qui on montre la montée d'un islam fantasmé. L'UMP m'inquiète plus que le FN pour la bonne raison que Marine Le Pen
n'est pas au pouvoir. »

Elle affirme n'avoir jamais fait les frais d'un racisme direct, virulent et explicite (« on ne m'a jamais dit “sale Noire” »). Les sketches de Michel Leeb ou les pubs pour les biscuits Granola, traces des années 80 que nous avons tous en mémoire et qu'elle reprend dans son livre sont loin. A mesure qu'il a ciblé davantage les musulmans, le racisme se serait sophistiqué :

« Autrefois, on invoquait des différences entre les races, aujourd'hui on parle de différences culturelles. Scientifiquement, on sait que les races n'existent pas, en revanche ce qu'on peut dire, c'est que certains ont une culture barbare qui n'est pas assimilable à la République et qui doit se positionner sous la culture dominante française et s'en accommoder. »

« Je fais plutôt l'objet d'un racisme bienveillant »

La couverture de "Racisme mode d'emploi" de Rokhaya DialloComme, le faisait Pap Ndiaye (que Rue89 avait reçu en 2008) sur un terrain plus universitaire avec « La Condition noire », elle revient dans son livre sur un racisme bienveillant. Celui qui consiste à prêter aux Noirs un talent pour la danse ou le sport, à imaginer qu'ils ont le rythme dans la peau et la chaleur humaine en bandoulière.

Dans son livre « Racisme mode d'emploi », Rokhaya Diallo écrit qu'on ne peut pas être médiocre quand ses racines ne sont pas strictement hexagonales. Mais que le combat antiraciste a en partie échoué :

« Placer le racisme sur le terrain moral a été un problème. Décider, comme on l'a fait dans les années 80, que Jean-Marie Le Pen était méchant, comme s'il lui manquait des qualités humaines. » (Voir la vidéo vers 14')


Comme nombre de Noirs ou Arabes de sa génération, Rokhaya Diallo a pris depuis longtemps ses distances avec SOS Racisme. Mais elle envoie aussi quelques coups de griffe à des clubs plus récents, comme le Club XXIe siècle, auxquels elle reproche d'avoir une vision trop élitiste de la diversité en France.

NPA : le problème du voile

En 2007, Rokhaya Diallo a voté Olivier Besancenot au premier tour de
l'élection présidentielle. Royal au second. Elle dit avoir pris ses distances avec le parti d'Olivier Besancenot. Notamment depuis la crise interne suscitée par le voile d'Ilham Moussaïd, candidate un temps pour le parti d'extrême gauche, et voilée. La jeune femme de la région Paca a, depuis, claqué la porte.

Rokhaya Diallo s'interroge dans son livre sur la « représentativité » dont arguaient des mâles quinquagénaires au sein du parti pour empêcher la candidature de leur militante. (Voir l'extrait vidéo vers 18')


« Je ne suis pas une intellectuelle musulmane »

Rokhaya Diallo est musulmane. Pourtant, dans les portraits qui lui sont consacrés, à l'instar de celui publié en 2009 dans Libération, retrouvé pour l'émission, il n'est jamais question de religion : « Noire et musulmane, c'est trop pour les gens. »

Contactée par Marc Cheb Sun, le rédacteur en chef de Respect Mag (partenaire de Rue89), elle a décliné l'appel pour condamner l'attentat contre des coptes au début de l'année 2011, en Egypte. Elle ne figure donc pas parmi ces « intellectuels musulmans » dont le journal Le Monde avait fait un de ses titres :

« On ne propose pas aux chrétiens de signer un texte pour condamner les actes commis par les commandos anti-IVG. Je n'ai pas à m'excuser d'attentats qui ont lieu à des milliers de kilomètres. » (Voir la vidéo à partir de 20')


Certains des signataires sont des gens qu'elle peut croiser à l'ambassade américaine. Pour la venue d'une personnalité publique américaine, un acteur, un patron de studios de cinéma, un homme politique.

« Les Américains ne manipulent pas plus les Mouloud et autres »

Voilà un moment que Rokhaya Diallo a été approchée par la représentation américaine à Paris, invitée en voyage d'études pour plusieurs semaines pour arpenter les Etats-Unis :

« Ce qui me met mal à l'aise, c'est que seule l'ambassade américaine le fasse. Evidemment, c'est de la diplomatie. Mais je me pose des questions sur l'intérêt des médias : ces programmes existent depuis soixante ans, trente Français partent chaque année, et les gens issus de banlieue ou de l'immigration post-coloniale ne représentent qu'un quart.

Tant que c'était les Français légitimes, issus de l'élite traditionnelle, qui partaient, personne ne s'inquiétait. Mais maintenant qu'il y a des Mouloud qui y vont, on se dit : “Attention, les Américains essayent de nous manipuler ! ”. »

Illustration : la couverture de « Racisme mode d'emploi » de Rokhaya Diallo

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 27/03/2011 17:07



Bonjour Dan,


Un article superbe sur le racisme bienveillant ...


France Info et Rue 89 ... c'est génial ... je pense que ça va bien me plaire ...


Tout est dit et bien dit, alors je ne me lancerai à dire d'autres choses car c'est vraiment un bel article ... Merci de m'avoir permis de lire ce bel article
sur le racisme, article qui me convient bien ...


Bon dimanche à toi et à bientôt ...


Bises.


Mitsuko



dan29000 27/03/2011 17:39



Oui, généralement elle présente assez bien les choses, et c'est une des formes du racisme dont personne généralement ne parle...Bon dimanche et bises