Sarkozy et les Rroms, par Mouloud Akkouche

Publié le par dan29000

Sarkozy et les Roms : une caravane peut cacher un hôtel particulier
Par Mouloud Akkouche | Ecrivain |


En février, une affichette contre les Roms était placardée dans un TER Midi-Pyrénés. Très rapidement, la direction de la SNCF s'excusait pour l'initiative d'un de ses employés. Mais, aujourd'hui, le plus haut personnage de l'état en remet une couche. L'affichette reprendra-t-elle du service ?

Nicolas Sarkozy, qui ne cesse d'évoquer l'unité de la France et de se présenter comme un rassembleur, désigne carrément toute une population à la vindicte populaire. A Toulouse, des Roms furent délogés manu militari d'un nouveau quartier. Avec cette légitimation officielle du chef de l'Etat, les milices risquent de se multiplier dans les villes et les campagnes.

Bien sûr, nul ne peut nier les incivilités et difficultés de voisinage générées par une population survivant en famille dans des conditions catastrophiques sur la voie publique. Qui ne les a pas croisés faisant la manche, vidant les poubelles, ou aperçus les bidonvilles en périphérie ou au cœur même des villes ? Certains, ne nous voilons pas la face, agressant ou volant les passants. En tout cas, les Roms sont une communauté très visible et extrêmement démunie qui cristallise les rancœurs actuelles.

Certains les appellent Roms, d'autres Roumains, gitans ou gens du voyage. Les uns traînent dans les rues, d'autres sont en caravanes ou sont sédentarisés. Sans oublier les musiciens « manouches' » très en vogue dans les bars et soirées… Qui sont-ils au juste ?
L'étymologie de « rom » ? « Etre humain »

Les spécialistes ont des versions différentes. Des linguistes font remonter l'étymologie du mot rom à « personne, homme, être humain ». Une définition qui fera la joie des adeptes de l'anathème fourre-tout à la mode : « politiquement correct ».

Pourtant, dans la langage journalistique, policier et judciaire, on dit et écrit souvent « des individus sont activement recherchés, les auteurs des exactions…. ». Ceux qui ont mis le feu dans le Loir-et-Cher sont une trentaine d'individus, pas toute une communauté comme quelques-uns veulent le faire croire. Malgré le comportement de certains, tous les politiques ne sont pas des pourris.

Ce n'est pas un hasard si Nicolas Sarkozy s'attaque en ce moment précis aux Roms. Nul besoin d'avoir inventé l'eau chaude pour savoir que les camps de gitans vont éloigner l'opinion publique des hôtels particuliers de Neuilly-sur-Seine. Quoi que chez les Bettencourt, il y a aussi des gens du voyage : entre Paris et la Suisse.
« Les gitans vous rendent vos poules »

Un préfet remplacé à la hâte, une réunion au sommet à grand renfort de communication pour évoquer ce réel problème de société. Pas trop tôt, diront les citoyens et les élus qui fréquentent au quotidien cette population à grosses difficultés. En règle générale, ce genre d'opération marketing n'a rarement d'effets sur le terrain. A part jeter de l'huile sur un feu déjà nourri. Les citoyens jugeront sur pièces.

Cette proposition très drôle de Tony Gatlif me semble vraiment d'actualité. Il avait eu l'idée de jeter un matin trois mille poules sur les Champs-Elysées avec comme message : « Les gitans vous rendent vos poules ».

Qui rendra l'argent des cigares, jets privés et des évasions fiscales ?

 

Source : RUE 89 

Publié dans actualités

Commenter cet article