Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

  solution-terminale.jpgNous sommes en 2079.

 

Un garçon court dans la rue, il court car il est en retard. Il a peur et transpire.

C'est un "Utilitaire", un "Utilitaire" dans le Monde vénérable basé sur un terrible système dominant et anonyme : la Pyramide. Tout au sommet, les élites, très isolées et surtout très âgées, qui sont rongées par la peur et donc cultivent leur protection. Et au sein de ce sommet, il y a les Elus souvent frappés par des processus de régression en forme de caprice où ils tentent de retourner vers leur enfance.

A leur service, les "Utilitaires" qui doivent arriver à l'heure...Les premiers ayant la terrible habitude de traiter les seconds comme des chiens. Une sorte de rapport de maîtres à esclaves en toute légalité.

 

Au fil des pages, le lecteur comprend assez vite que nous sommes dans une dystopie, une tyrannie aussi fictive que futuriste. Les vieux ont leur existence prolongée durant bien des années. Les jeunes, eux, ne sont plus que des numéros asservis par d'étranges institutions comme le Conseil ou les Syndicats qui ont pour mission de toujours garantir l'ordre des choses. On pourrait sans peine parler de dictature.

 

Et il y aussi les Voltors dans le ciel, et les Waches qui arrêtent ceux qui sortent du droit chemin.

Avec habileté, Anne Maro nous décrit avec précision un monde d'asservissement organisé où deux jeunes amoureux vont tenter, avec difficulté, de résister. Une résistance au milieu d'un immense ensemble de "Recyclés" qui a renoncé.

 

L'auteur, qui est enseignante, nous propose en une quarantaine de brefs chapitres, des lettres d'amour entre Utilitaires, des correspondances entre Elus, mais aussi des dépôts de plainte ou encore des entretiens d'embauche.

 

Dans ce monde aussi effroyable que figé, l'on ressent qu'il faudrait sans doute peu de choses pour que tout cela explose, pour qu'une révolution se fasse jour. Bien entendu au fur et à mesure de l'avancée du roman, des échos du présent résonnent à nos oreilles.

 

Ce premier roman est une fable, une fable réussie qui ne peut que nous faire réfléchir sur l'homme, et c'est déjà beaucoup.

 

 

Dan29000

 

 

 

Solution terminale

Anne Maro

Editions Champ Vallon

2011 / 248 p / 17 euros

 

Pour découvrir le site de l'éditeur, c'est ICI

 

 

 

============================================================================================= 

PRESSE /

 

Selon la loi du roman dystopique, le lecteur, à mesure qu'il découvre l'avenir dictatorial imaginé par l'auteur, doit en reconnaître les ferments dans son présent. Solution terminale prend aussi cette mécanique à contre-pied. Le texte se fonde bien sur certaines inquiétudes actuelles, mais, par sa fantaisie, il abdique toute ambition prophétique et, par sa stylisation, il nous parle de l'homme, de toute éternité.


MAGAZINE LITTERAIRE

 

 

Anne Maro se délecte de nos angoisses contemporaiens dans Solution terminale, fable tragicomique très convaincante. 

                                                                                          

TECHNIKART

 

EXTRAIT /

 

Le voici enfin sur le palier de l’appartement de son maître. Il ouvre la lourde porte blindée avec fébrilité ; regarde la pendule au-dessus du portemanteau qui marque presque 5 heures, entend un léger frottement, mais c’est le chat ; passe à pas de loup devant la chambre. Dans la pénombre, il voit son maître immobile ; un instant, il craint qu’il ne fasse semblant de dormir pour mieux lui reprocher le retard de son goûter. Tous les jours, à 17 heures précises égrenées au carillon du grand salon, entrer dans la chambre avec sur un plateau une théière remplie à ras bord de thé déthéiné Rooibos, un thé d’Afrique du Sud, pas un autre, avec un pot de lait écrémé, la boîte des sucrettes organiques, les deux comprimés de l’après-midi et surtout, dans une petite assiette, un florentin. « Un florentin du jour, que vous irez chercher à 16 heures 30, vous avez assez de temps et je ne veux pas que vous traîniez. Vérifiez bien qu’il s’agit d’un florentin fait le jour même et pas de la veille. Il serait trop dur. Tenez-vous près du chambranle de la porte avec le plateau ; je me réveille ponctuellement, à 5 heures précises depuis treize ans, je vous ferai signe ; tant que je ne l’ai pas fait, vous ne bougez pas. Vous attendez. »

 


Tag(s) : #lectures

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :