Strasbourg : création d'Anticor 67 et étranges réactions d'élus

Publié le par dan29000

Situation inédite : Anticor assimilé aux agences de notation

La création d’une antenne locale d’Anticor 67, a déclenché pendant une heure au dernier Conseil Municipal de Strasbourg des attaques d’une virulence étonnante.

Voir ci-dessous le communiqué de presse d’Anticor 67.

Son existence même a été mise en cause, les élus qui se sont exprimés contre se déclarant « sous le contrôle d’Anticor ». L’un d’eux a affirmé que « sa création était une faute ». Il a même été demandé à l’adjointe à l’origine de la création de ce groupe local de donner sa démission !

En 10 ans d’existence, jamais Anticor n’a connu cela ! Nous voici assimilés à un mélange d’agence de notation qui distribuerait, ou pas,  des triple A – comme Anticor – avec un côté « Big Brother » qui ferait frémir, puisque le sénateur-maire a demandé instamment sur quels dossiers Anticor 67 travaillait.

Tout ceci nous apparait comme une grave atteinte aux principes de la liberté d’association et d’expression.

Au lieu de féliciter les élus de sa majorité de la création de ce groupe local, qui met en avant la réhabilitation de l’éthique en politique, la nécessaire réconciliation des français avec leurs élus, le  1er adjoint au Maire et plusieurs de ses collègues, ainsi que des élus de l’opposition, ont fait un tir groupé.

On ne peut s’empêcher de se demander pourquoi une telle suspicion et un tel malaise ? Pourquoi ne pas proposer au contraire de s’associer à la démarche citoyenne d’Anticor ?

Nos adhérents, en large majorité des citoyens, et des élus, qui vont du conseiller municipal au député européen, en passant par des Maires, des conseillers généraux et régionaux, nous félicitent de faire ce travail d’éthique, toujours assorti de propositions constructives. A ce jour, plus d’une centaine d’élus dans toute la France ont signé notre Charte Ethique. Nous  proposons au sénateur maire Roland Ries, s’il renonçait au cumul des mandats, de la faire signer par son Conseil Municipal, qui a d’ailleurs déjà intégré certaines de nos propositions dans ses pratiques.

Nous sommes totalement solidaires d’Anticor 67 et de tous ses adhérents, citoyens actifs – qu’ils soient élus ou non – absolument pas justiciers avides « d’affaires » ni de rumeurs, car Anticor a toujours travaillé sur des dossiers judiciaires.

Le Bureau national et en premier lieu sa Présidente souhaiteraient rencontrer dès que possible le sénateur maire de Strasbourg Roland Ries.

Catherine Le Guernec, Présidente d’Anticor

http://anticor.org/
T. 06 20 51 35 87

Porte parole national Séverine Tessier T. 06 61 72 40 49
———————————————
Réaction d’Anticor 67

Le Conseil municipal du 8 décembre a donné lieu à une polémique inattendue relative à la création et à l’existence de l’antenne Anticor du Bas-Rhin. Ce débat, d’une rare violence a porté sur l’opportunité de l’existence de l’association dans le Bas-Rhin. Une telle polémique dans l’enceinte d’un Conseil Municipal est un fait inédit.

Les adhérents d’Anticor que nous sommes réaffirment solennellement la nécessité du respect du droit mais aussi des libertés fondamentales et parmi celles-ci :

- la liberté d’opinion,
- la liberté d’expression,
- et la liberté d’association.

Afin de dissiper tout malentendu, nous rappelons ici que l’objet statutaire d’Anticor est de « mener des actions en vue de réhabiliter la démocratie représentative, de promouvoir l’éthique en politique, de lutter contre la corruption et plus particulièrement celle afférente aux milieux politiques ainsi que de produire et de communiquer de l’information sur ces thématiques ».

Nos actions dans le Bas-Rhin seront essentiellement des actions de sensibilisation, d’information et de prévention, notamment auprès des élus.

Ainsi, pour commencer, nous proposerons aux candidats aux prochaines élections de signer la charte de l’éthique en politique proposée par Anticor. Nous proposerons également aux collectivités de la soumettre au vote de leur Conseil.

Nous agirons comme des lanceurs d’alerte si la transparence est insuffisante, pour permettre à chacun de comprendre les tenants et les aboutissants d’un dossier.

En conclusion, les valeurs essentielles défendues par Anticor que sont la défense de l’intérêt général, du bien commun, de l’éthique en politique et de la transparence dans la gestion de l’argent public ont besoin de soutien. Les membres d’Anticor 67 s’emploieront à les défendre localement.

Contacts :
Tel : 06 12 74 06 21
anticor67@gmail.com

http://anticor67.wordpress.com

 

Source : Anticor

Publié dans actualités

Commenter cet article