Taxation des accidentés du travail : C'est non ! Meeting unitaire

Publié le par dan29000

« Ensemble contre la taxation des accidentés du travail »
Meeting unitaire le 1er Décembre
A l’initiative de la Fondation Copernic , nous vous invitons au meeting unitaire « Contre la taxation des accidentés du travail », mardi 1er décembre, à 19h, salle Jean Dame, 17 rue Léopold Bellan (métro Sentier ou Les Halles).Paris


Seront présent-e-s : Martine Billard (députée écologiste), Olivier Besancenot ( porte parole du Nouveau Parti Anticapitaliste), Benoît Hamon (porte parole du Parti Socialiste), Pierre Laurent (coordinateur national du Parti Communiste Français), Jean-Luc Mélenchon (président du Parti de Gauche), Cécile Duflot (secrétaire nationale des Verts), Nathalie Arthaud (porte parole de Lutte Ouvrière), Eric Beynel (porte parole national de Solidaires), Arnaud De Broca (secrétaire général de la Fédération nationale des accidentés du travail et handicapés), Willy Pelletier (coordinateur général de la Fondation Copernic), Gérard Filoche (Inspecteur du travail, CN PS).

Le meeting s’ouvrira par un mot de Jacques Boutault (maire du second arrondissement de Paris).

En 2007, 622 salariés ont péri dans un accident du travail, presque deux par jour. Sur les 720 150 accidents avec arrêts enregistrés, 46 426 ont entraîné une incapacité permanente. La plupart des accidents proviennent des métiers d’exécution.

Vendredi 13 novembre, l’amendement visant à soumettre à l’impôt sur le revenu les indemnités journalières versées aux victimes d’accident du travail a finalement été adopté à l’Assemblée Nationale. Une mesure proposée par le président du groupe UMP, Jean-François Copé, avec le soutien du président de la République, du premier ministre, du ministre du budget. Une mesure injuste, inacceptable, obscène, votée « au nom de l’équité » !

Elle rapportera 150 millions d’euros. La défiscalisation des heures supplémentaires en coûte 4 milliards. Les niches fiscales exonèrent 70 milliards d’euros. Sur les 11 milliards d’euros par an de réduction d’impôt décidés par le gouvernement, 70% profitent aux 20% des foyers les plus aisés.

Après les suicides à France Telecom et ailleurs, voici la réponse du gouvernement aux salariés qui subissent des conditions de travail toujours plus dégradées.

Par notre protestation collective, il est encore possible d’empêcher le vote de ce texte. Le Sénat l’examine le 7 décembre. Les accidentés du travail sont les premières victimes de l’organisation du travail. Les privilèges fiscaux sont ailleurs ! Contre cette "France de demain" façon Nicolas Sarkozy, qui s’en prend systématiquement aux plus vulnérables, il est temps d’agir. Et de gagner.

La pétition est signable en ligne à l’adresse ici :

Publié dans actualités

Commenter cet article