Vivre libre, un essai de Claire Gallois, en hommage à Mohamed Bouazizi

Publié le par dan29000

 

 

 

 

187817 194762593892082 5641330 n

 

 

 

 

 

 

Si vous êtes lecteur de notre site, au moins depuis décembre dernier, la date du 17 décembre ne peut que vous parler. Non seulement ce fut la date du sacrifice par  le feu de Mohamed Tarek Bouazizi, mais ce fut aussi celle du soulèvement tunisien qui allait un mois plus tard en finir avec la vieille dictature de Ben Ali. De plus, elle restera également comme le point de départ d'une puissante vague libératrice dans le monde arabe. Une évolution du monde arabe que notre site tente de suivre d'assez près.

Après la Tunisie, la dictature égyptienne de Moubarak tomba, celle de Kadhafi est fortement ébranlée, et la liste pourrait bien s'allonger avec des mouvements insurrectionnels au Yemen et en Syrie, et des manifestations au Maroc, en Algérie ou en Jordanie. Le monde arabe est entré en mouvement, et le monde de l'édition commence, sur ce sujet, à lui aussi bouger.

 

Ce bref essai de Claire Gallois est une sorte d'hommage à Mohamed Bouazizi, mais il va au-delà et tente, en quelques dizaines de pages d'expliquer l'enchaînement surprenant que cette immolation déclencha. Les effets furent rapides, et surtout durables. D'autres immolations dans plusieurs pays eurent ensuite lieu, mais sans avoir un tel résultat.

Bouazizi avait 26 ans, et ce jour-là, il disparut pour ses proches...et apparut pour le monde entier, entrant dans la légende des grandes luttes de libération.

A juste titre, l'essai de Claire Gallois s'ouvre avec les mots de de Bouazizi, et c'est justice. Difficile à ce moment de ne pas penser à une citation de Mao où celui-ci nous disait qu'il est des morts qui pèsent comme une plume, et des morts qui pèsent comme une montagne...

C'est le 04 janvier que la mort rattrapa Mohamed, et ce fut la date où l'insurrection franchit un cap irréversible.

L'oppression peut être longue, mais comme toutes choses, elle a un début et une fin. La fin d'un jeune chômeur fut le début de la fin d'une dictature, enfin de deux dictatures. Et peut-être plus, si affinités des peuples...

En quelques pages sonnant justes, Claire Gallois, brosse un rapide portrait de Bouazizi, puis du contexte et de l'aveuglement de la dictature dans les jours qui suivirent le décès.

Claire Gallois est une femme d'engagements depuis bien longtemps.

En 1997, licenciée de chez Albin Michel, elle s'inscrivit à l'ANPE et publia ensuite un recueil de 40 témoignages donnant la parole aux exclus, aux précaires, aux chômeurs. L'intégralité des droits d'auteur  de "L' honneur du chômeur" fut ensuite reversée à une association de défense des chômeurs. Son parcours d'écrivain débuta en 1965 avec "A mon seul désir", jusqu'à "Une fille cousue de fil blanc" en 2008 chez Grasset.

Nous n'avons pas fini de parler des révolutions arabes, et de celui qui les déclencha, alors espérons que ce livre durera lui aussi, et prendra place sur les caisses des librairies aux côtés de celui d'Hessel.

Et qu'il connaîtra un succès identique...

 

Dan 29000


Vivre libre

Claire Gallois

l'Editeur

2011 / 32 p / 4 euros

 

Pour voir le site de l'éditeur, c'est ICI

Publié dans lectures

Commenter cet article

Mitsuko 05/04/2011 15:08



Bonjour Dan,


Cet essai de Claire Gallois est très certainement à lire absolument ... pour ne pas oublier ce qui s'est passé en 2011 pour le Monde Arabe et pour le
monde entier ...


C'est une très bonne idée car nous n'avons pas fini d'en parler des révolutions arabes ...


Je suis bien d'accord avec toi, j'espère que ce livre restera dans les mémoires et prendra la place qu'il mérite largement sur les caisses des
librairies.


Bon mardi à toi, Dan. A bientôt. Bises.


Mitsukot


 


 


 


 


 


 


 



dan29000 05/04/2011 16:47



Espérons qu'il marche effectivement, bonne journée à toi et bises