Construire un courant politique commun dans le Front de gauche

Publié le par dan29000

Une réunion pour constituer un courant politique commun dans le Front de Gauche
15 juin 2013
 

Après la réunion de travail du 15 juin, construire un courant politique commun dans le Front de Gauche

 

La réunion de travail qui s’est tenue le 15 juin 2013 à St Denis a constitué une étape positive du processus de rapprochement. Au-delà du « courant d’idées » constitué jusqu’à maintenant, il s’agit de travailler à constituer un courant politique commun dans le Front de Gauche, courant rassemblant des composantes organisées et des individus non membres d’organisation.

Les 200 militantEs, réuniEs à St Denis le 15 juin 2013 à l’appel de 4 organisations (Alternatifs, Convergence & Alternative, Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique, Gauche Anticapitaliste), de militantEs de la Gauche Unitaire et d’animateurs et animatrices de l’initiative « Tous ensemble » ont travaillé sur un socle commun, des textes qui ont été préparés et discutés : 1- Notre orientation politique. 2- Des convictions programmatiques partagées. 3- Avec et dans le Front de Gauche, dans les mouvements sociaux, construire une force politique nouvelle pour l’émancipation. 4- Municipales 2014.

Notre regroupement s’inscrit pleinement dans le Front de Gauche. Notre objectif est de le construire, de l’élargir et de le doter d’un fonctionnement démocratique pour que les centaines de milliers de personnes qui aspirent à construire une alternative dans ce pays puissent s’y rassembler et qu’il se constitue à terme comme une nouvelle force politique de gauche porteuse d’une stratégie de transformation sociale et écologique.

Notre regroupement vise également à formuler des propositions, à intervenir sur toutes les questions politiques, dans toutes les mobilisations qu’il estime nécessaires, y compris lorsque le Front de Gauche n’y est pas impliqué en tant que tel.

Comme le montrent les textes débattus à la réunion du 15 juin, notre regroupement veut contribuer à reconstruire un horizon d’émancipation, de dépassement du système capitaliste. A l’opposé des logiques d’adaptation au capitalisme et au productivisme, nous agirons pour changer les rapports de force au sein de la gauche pour y faire prévaloir une orientation qui donne la priorité aux besoins sociaux et environnementaux et se nourrisse de l’apport de tous les combats pour l’émancipation. Pour construire cette alternative, nous combinerons l’intervention dans les luttes de classes et l’ensemble des luttes sociales, écologiques, démocratiques et féministes, de l’entreprise à la cité, et dans les institutions.

Le processus de constitution de ce nouveau mouvement demandera du temps. Il s’agit de se regrouper et aussi de produire du neuf. Pour que puissent se poursuivre les débats publics et la convergence de courants politiques d’origines différentes, permettre à toutes celles et tous ceux qui veulent se joindre à ce projet d’en être les acteurs à tous les niveaux, une pratique politique commune sera nécessaire.

Notre regroupement vise à rassembler, sans la nier artificiellement, la diversité de nos expériences pour aboutir à une organisation commune et constituer une force, qui se dotera d’un fonctionnement démocratique, où la voix de chaque individu compte et où seront recherchés les plus larges consensus, respectera la parité hommes/femmes, une structuration mixte avec d’une part, suivant les rythmes de développement possible, des adhésions individuelles à des collectifs locaux dotés d’une large autonomie et, d’autre part, des courants et composantes organisées à l’échelle nationale.

Plusieurs étapes se dessinent déjà :

  • Les 23 et 24 novembre 2013 se tiendra une assemblée ouvrant un processus de constitution d’un mouvement commun.

Elle sera le moment d’un large appel public. Elle sera l’occasion de travailler sur les enjeux de la situation politique, notamment des prochaines électorales municipales et européennes, de se donner une nouvelle dénomination commune, des principes de fonctionnement partagé, de se doter d’outils de communications communs, de définir les prochaines étapes du travail de rapprochement engagé afin d’aboutir à la constitution d’une nouvelle organisation politique commune.

Après la réunion du 15 juin, les prochaines étapes, qui font accord entre toutes les forces parties prenantes, doivent permettre d’approfondir le travail engagé :

  • D’appeler tous les militantEs intéresséEs par ce projet et tous les groupes des organisations politiques constitutives à constituer des collectifs locaux dans toutes les villes et régions françaises, en trouvant à chaque fois les modalités d’action au consensus, qui permettent la participation la plus large. A chercher chaque fois que possible une intervention commune dans les cadres du FdG et lors d’initiatives publiques.
  • De poursuivre le travail d’échange et d’élaboration autour des quatre textes mis en débat à la réunion du 15 juin pour aboutir à une nouvelle version à la prochaine réunion nationale.
  • D’organiser le 23 août, à la veille des Estivales citoyennes du Front de Gauche à Grenoble, une journée de réflexion sur les échéances politiques et la constitution de notre nouveau mouvement.
  • D’éditer en complément de la poursuite du bulletin « Trait d’union » lors d’initiatives ponctuelles des matériels publics communs, sans que cela n’empêche chaque composante de sortir son propre matériel.
  • De créer des commissions de travail, en coordination avec le comité de liaison, sur

1. les municipales,

2. les débats et initiatives nécessaires dans le cadre du Front de Gauche,

3. les modalités de fonctionnement et les outils nécessaires pour notre nouveau mouvement,

4. le nom et le graphisme (logo…).

Ces commissions seront composées de représentantEs des courants politiques élargies à des militantEs investiEs sur ces sujets.

  • De mandater le comité de liaison national rassemblant des représentantEs des courants politiques organisés et des personnes non membres d’organisation pour coordonner le travail des commissions, préparer les pré-estivales, les assises de novembre. Il est notamment chargé de préparer deux réunions ouvertes aux représentantEs des collectifs locaux, l’une le 23 août, l’autre un samedi fin septembre pour préparer de la façon la plus large possible les assises de novembre.

Adopté à l’unanimité des présentE


Mis en ligne le 4 juillet 2013
 
SOURCE / ESSF

Publié dans actualités

Commenter cet article