Décès de Paul Carpita, cinéaste résistant et généreux

Publié le par dan29000

Le réalisateur marseillais Paul Carpita est décédé vendredi 23 octobre. Il a marqué l'histoire du cinéma social des années cinquante. « Le Rendez-vous des quais », son film phare contre la guerre d'Indochine, tourné entre 1950 et 1953, était resté censuré jusqu'en 1990  ! Carpita était un cinéaste populaire, tendance franc-tireur.

Séraphin « Paul » Carpita est né en 1922 à Marseille d'une mère poissonnière et d'un père docker. Pendant la Seconde Guerre mondiale il s'engage dans la Résistance et devient membre des Partisans français. Adhérent au Parti communiste à la Libération, il fonda ensuite le groupe Cinepax qui va réaliser des reportages engagés sur la reconstruction de Marseille, sur les manifestations contre la guerre d'Indochine et sur la grande grève des dockers de 1950. 
 
Tourné clandestinement avec des acteurs non-professionnels dans des décors naturels, caméra à l'épaule, "Le rendez-vous des quais" en 1955 annonce la Nouvelle vague. Sa filmographie est associée à Marseille, aux dockers, aux luttes syndicales, à la lutte pour la paix. En 1959 c'est "Rendez-vous avec Paul", puis, beaucoup plus tard, c'est son grand retour, avec "Sables mouvants ". C'est encore et toujours à Marseille que Paul Carpita réalisera, en 2002, son dernier long-métrage, « Marche et rêve, les homards de l'utopie ». Ajoutons à ces quatre longs, 14 courts et  moyens métrages ainsi que plusieurs documentaires dont "Rencontre de jeunesse" avec Pablo Picasso.
C'est cette année que parut : 
Paul Carpita, cinéaste franc-tireur avec une préface de Ken Loach et des textes de Cabrera et Guédiguian. Edition L'échappée.

« Dès que j'ai su me servir de la caméra, je l'ai tournée du côté des millions de gens qui ressemblent à papa et maman, les gens humiliés, méprisés.
Je ne suis pas un cinéaste, je suis un fils d'un docker et d'une poissonnière. Un instituteur passionné de cinéma, c'est tout. »

Publié dans écrans

Commenter cet article