Gaza pleure Vittorio Arrigoni, hommage à un résistant italien en Palestine

Publié le par dan29000

 

 

Gaza pleure Vittorio Arrigoni


 


de : Refaat Alareer
lundi 18 avril 2011 (10h55)

 

Je ne connais pas Vittorio Arrigoni en personne, mais mes larmes et mon cœur si. Des milliers de Gazaouis ont pleuré sa mort tragique et prématurée. Beaucoup, scandalisés par le crime, essaient toujours de trouver un sens à ce qui s’est passé. Rien ne fait sens. C’est un meurtre qui a choqué Gaza. Un coup d’œil aux photos montrent que cet homme courageux n’était pas seulement très pro-palestinien, mais aidaient aussi les Palestiniens plus que nous, Palestiniens, pouvons nous aider nous-mêmes. Qui, à Gaza, pourrait ne pas pleurer l’homme que nous avons vu sur chaque bateau et chaque navire défiant le siège naval israélien ? Qui n’a pas vu Vittorio participer à des protestations populaires contre la zone tampon israélienne, le long des frontières de Gaza ? Combien d’entre nous, Palestiniens, brandissons le drapeau palestinien pour protester contre l’occupation israélienne et les mesures inhumaines prises contre nous ? Vittorio l’a fait. Qui n’a pas croisé les doigts, lorsqu’il a été kidnappé par la marine israélienne et blessé par les forces de l’occupation israélienne pour avoir aidé la population de Gaza ? Un seul mot pour répondre à ces questions : Israël. Oui, l’occupation israélienne est la seule partie à profiter de l’assassinat de cet activiste de la liberté.


Hommage à V. Arrigoni, avril 2011, réalisé par Terouga.Hautefort.com
Le moment de l’assassinat, qui a lieu quelques jours avant la Flottille II, et l’irréparable dommage qu’il cause à Gaza et aux Palestiniens dit que la main du Mossad israélien se cache derrière les auteurs. Pour Israël, la meilleure manière d’empêcher une deuxième confrontation avec une flottille de la liberté est de dissuader les participants par la peur. Imaginez combien de personnes ne se joindront pas à la flottille, par peur ou par protestation. Mais c’est maintenant un problème secondaire, car Vittorio est parti. Imaginez aussi combien d’articles vont être écrits pour dire que la population de Gaza est une bande de fanatiques qui ne mérite pas un coup de main, et encore moins de se saCRIFier pour elle. Mais est-ce que cela a de l’importance ? Vittorio n’est plus. Imaginez le tort que cet acte de barbarie fait à l’image de Gaza. Pourtant, là n’est pas le problème, car Vittorio est mort.

Gaza seule paiera pour la mort prématurée du camarade Vittorio. Gaza seule en subira les conséquences dévastatrices. Gaza seule portera la responsabilité. Et Gaza et les Gazaouis ne sont qu’utilisés dans un sale jeu dicté à quelques fanatiques par un homme assis derrière son ordinateur, quelque part à Tel Aviv ou à Eretz. Les assassins doivent avoir reçu leurs ordres et leur soutien de sites web et de forums qui, comme cela a été prouvé dans certaines circonstances, sont gérés ou contrôlés par des agents de la CIA et du Mossad. Ils pensent qu’ils suivent les ordres d’un sheikh, quelque part en Irak ou en Afghanistan, mais en fait, on se sert d’eux comme de pions. La question que chaque Gazaoui pose maintenant est, qu’ont fait ces gens-là pour résister à l’occupation israélienne ? Nil, zilch, nada, rien. Est-ce que cela ne jette pas le doute sur leurs programmes et leurs objectifs ? Pendant qu’ils provoquent la mort de nombreux Palestiniens, l’occupation israélienne demeure et est épargnée par cette poignée d’extrémistes.

Mais pourtant, ces assassins pourraient-ils l’avoir fait ? Ils l’ont fait. L’ont-ils planifié eux-mêmes ? J’en doute. La mort de Vittorio signifie une chose : la peine de mort pour les assassins. Les affrontements entre ce groupe et le gouvernement du Hamas en 2008 prouvent que le Hamas n’aura aucune pitié pour quiconque essaie de perturber la sécurité (déjà ébranlée)de Gaza. Ils ont appris la leçon à la dure. Et une autre faute stupide comme tuer un activiste italien innocent qui a quitté son pays et sa famille pour aider est le coup final pour ces gens-là. Toute le monde le sait, à Gaza. Et les criminels aussi. En agissant ainsi, ils sont soit trop stupides pour voir leur fin prochaine, ou tellement aveugles qu’ils ont été piégés dans une faute qui sera leur dernière.

Les seuls qui sourient maintenant sont les hommes politiques israéliens et les agents du Mossad. Mais nous disons au monde qu’il y a une énorme différence entre les Palestiniens et Israël. Les assassinats de journalistes et d’activistes étrangers par Israël ont été à la fois systématiques et prémédités, et perpétrés par la machine militaire israélienne. Personne n’a été traduit en justice. A Gaza, les auteurs de cet événement honteux sont très peu nombreux et ne représentent pas le peuple palestinien. Et nous sommes sûrs qu’ils seront traduits en justice et punis en conséquence. Sinon, nous serions comme l’État voyou d’Israël. Personne n’a oublié la longue histoire d’assassinats et d’attaques contre des journalistes et des activistes pacifiques comme Rachel Corrie, James Miller, Raffaele Ciriello, Tom Hurndall, les activistes de la flottille et d’autres.

Aujourd’hui, en tant que Gazaouis et amis de Vittorio Arrigoni, nous exigeons que le gouvernement de Gaza :
1. traduise les auteurs en justice et les punisse. Et oui, nous avons la peine de mort à Gaza.
2. présente ses excuses à sa famille et au peuple italien au nom du peuple de Palestine.
3. dénomme une rue du nom de Vittorio.

4. dénomme une école de son nom.
5. déclare un jour de deuil.
6. donne à Vittorio la nationalité palestinienne.

Même si cela montre combien nous nous sentons concernés et tout ce que Vittorio signifie pour les Gazaouis, cela ne compensera pas, ni pour nous, ni pour sa famille ou ses amis, la perte d’un grand homme, un homme qui se tenait torse nu devant les mitrailleuses israéliennes, un homme qui a été battu et arrêté par les Israéliens pour l’amour de Gaza, un homme qui aimait Gaza et que Gaza n’oubliera jamais.

Vittorio Arrigoni, nous sommes désolés. Italie, nous sommes désolés. Italiens, nous sommes désolés. Gens libres de par le monde, Gaza est désolée. Nous allons tout faire pour que cela ne se reproduise jamais. Nous n’aurons pas de repos tant que ces criminels ne seront pas traînés en justice. Et nous promettons de ne pas laisser une poignée de fanatiques fourvoyés déterminer l’avenir et le destin de Gaza, jusqu’à ce que Gaza soit libre.

Source : In Gaza, My Gaza!

Traduction : MR pour ISM

 

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article