Moi capitaine Paul Watson, pirate des océans

Publié le par dan29000

Les éditions Glénat nous proposent actuellement une nouvelle collection de livres-témoignages illustrés, ce qui est une bonne nouvelle, d'autant plus que le premier volume est signé par le célèbre Paul Watson, cofondateur de Greenpeace et fondateur en 1977 de Sea Shepherd que nos lecteurs connaissent bien. Moi, Paul Watson, pirate des océans, paru le 20 avril, est plus que remarquable, dans la forme et dans le fond.

 

 

 

Nous n'allons pas nous appesantir sur le portrait de Paul Watson, nos nouveaux lecteurs pouvant lire nos articles précédents référencés ci-dessous, sans oublier des reprises d'articles du site de Sea Shepherd lors de leurs plus importantes campagnes. Les deux grandes qualités de ce volume sont d'abord son originalité. En effet difficile de le classer, un lecteur attentif pourra y voir un récit d'aventure, un autre plutôt une auto-biographie, ou un document. De fait c'est un peu un mix de tout cela, avec une forme très vivante, celle d'un témoignage écrit à la première personne. Watson est d'abord un homme de passion, avant d'être un écologiste reconnu, et un pirate ayant bien compris qu'il y a dans la vie et les combats menés, le légitime et le légal. L'autre qualité étant les nombreuses illustrations d'Hédi Benyounes.

 

 

Moi, Paul Watson, pirate des océans s'ouvre sur l'enfance du capitaine sans doute le plus connu dans le monde, reconnu par Times magazine comme étant un des plus grands héros écologistes du XXe siècle.

 

"A l'âge de neuf ans, j'ai passé l'été à nager avec une famille de castors."

 

C'est la première phrase du premier chapitre, un chapitre intitulé :

Nager avec les castors, Nouveau-Brunswick, Canada (1960)

Puis cela sera l'exil à la grande ville, Toronto et l'appel de l'océan, son engagement contre les essais nucléaires pour la bombe, dans le Pacifique. Puis il commanda dès l'âge de 21 ans un 9-mètres pour Greenpeace, face au Jeanne d'Arc, porte-hélicoptères français, sans oublier en 1973 la célèbre bataille de Wounded Knee, dans le Dakota du sud aux côtés des indiens des Nations premières, rescapés du génocide par lequel les USA furent créés.

 

Plus tard ce fut la chasse aux baleiniers russes, sauver les baleines, sauver les phoques, affronter les bateaux japonais, se prendre une balle, se trouver sur la liste rouge d'Interpol, telle est la vie tumultueuse et ardente de Paul Watson. Souvent les chapitres sont courts et d'un accès abordable, le livre paraissant dans une collection jeunesse. Inutile de préciser que les adultes peuvent le lire aussi avec grand plaisir. D'autant plus, et c'est la cerise sur le gâteau, que les nombreuses illustrations de Graphik H, à partir d'archives personnelles de Watson, sont magnifiques en grand format ! Préserver les milieux naturels et donc la faune est essentiel en 2016, car c'est aussi nous préserver dans ce monde mortifère. Ce livre participe à cela, ce n'est pas peu dire !

 

Dan29000

 

 

Moi, capitaine Paul Watson, pirate des océans

Paul Watson (textes)

Miceal Beausang-O' Griafa (texte français)

Hédi Benyounes (illustrations)

Collection Glénat jeunesse

Éditions Glénat

2016 / 120 p / 14,95 euros

 

 

 

Le site de l'éditeur

 

Le site de Sea Shepherd

 

Urgence, si l'océan meurt, nous mourrons

 

Capitaine Paul Watson, entretien avec un pirate

 

 

 

Publié dans lectures, environnement

Commenter cet article