Fukushima : l'océan mondial conservera la mémoire de cette catastrophe

Publié le par dan29000

 

 

Fukushima : « L’océan mondial conservera la mémoire de cette catastrophe »...

 


Jacqueline Goy, biologiste et spécialiste des méduses, maître de conférences au Muséum national d’histoire naturelle et membre du conseil scientifique de l’Espace des sciences, vient de nous envoyer son analyse sur la pollution radioactive au Japon.

 


 

-C- Chloe Yzoard3.jpg

 

 

Depuis le 11 mars 2011, au large de la centrale de Fukushima, de l’eau fortement radioactive se déverse chaque jour en mer. Il y aura effectivement un avant et un après Fukushima comme il y a eu un avant et un après Tchernobyl, avec cette différence énorme que le phénomène Tchernobyl a été instantané et s’est produit loin des côtes. Ici, à Fukushima, depuis 20 jours l’eau s’écoule et il ne semble pas que le processus puisse dans l’immédiat être stoppé.
 
Or, il n’y a pas d’étude sur les effets d’une pollution radioactive de cette ampleur en mer et les données disponibles font état de suivis des radioéléments devant les circuits de refroidissement des centrales, toujours préoccupants mais en général sans effet sur les organismes. Cette fois, il s’agit d’un véritable cocktail à haute dose avec un mélange d’iode, de césium, de plutonium, d’uranium … dont la pollution à long terme dépend de la durée de vie de chaque élément.
 
Les conditions hydrologiques dans ce secteur montrent une vaste ouverture sur l’océan Pacifique septentrional avec des marées qui contribuent à brasser quotidiennement cette pollution sur une côte déjà saturée. L’eau chargée en radioéléments percole lentement à travers les sables et les graviers du cordon littoral et contribue ainsi à emmagasiner pour longtemps ces éléments dans les sédiments côtiers.
 
La courantologie générale de l’océan Pacifique place le Japon dans une position géographiquement symétrique à celle des côtes américaines atlantiques avec un courant chaud, ici le Kuroshio, qui remonte en direction des îles Aléoutiennes puis tourne pour longer ensuite les côtes américaines. Le transport de la pollution est évident dans tout ce secteur du Pacifique septentrional, et même bien au-delà avec le tapis roulant de la grande circulation océanique. C’est aussi dans ce secteur que se situent les plus grandes fosses océaniques et le transfert des différents éléments radioactifs peut se réaliser de bien des manières.
 
D’abord parce qu’à cette époque de l’année, le réchauffement de la température de surface de l’eau de mer n’a pas commencé et les eaux ont une remarquable homothermie sur toute la colonne d’eau, ce qui contribue à favoriser les échanges entre les eaux de surface et les eaux du fond. Les polluants ont ainsi toutes les chances d’atteindre les grands fonds.
 
Ensuite, par la fixation sur les organismes marins. Les premiers affectés sont les organismes qui sont fixés et ne peuvent s’enfuir. Comme les doses sont léthales, il n’y a probablement plus signe de vie dans un premier cercle autour des écoulements. Puis la surcharge en éléments radioactifs s’établit en zones concentriques de plus en plus diluées en direction de la haute mer.
 
Mais les organismes irradiés vont à leur tour propager et diffuser la radioactivité par leur propre déplacement car la plupart d’entre eux effectue de grandes migrations, journalière entre la surface et les couches sous-jacentes ou saisonnière entre la côte et le large en fonction de leur cycle de reproduction. Ainsi les larves et les juvéniles de crustacés ou de poissons sont souvent dans les zones littorales alors que les adultes vivent au large. Par leur métabolisme, ces animaux vont rejeter des particules radioactives dans leurs pelotes fécales dont la sédimentation va polluer le fond. Enfin la relation proie prédateur va également contribuer à perturber toute la chaîne alimentaire.
 
Cette radioécologie est encore peu étudiée, surtout dans une perspective de contamination à long terme engendrant un dysfonctionnement du mileu marin de cette ampleur à cause de la sursaturation en éléments radioactifs. La notion de seuil léthal est sans doute différente pour chaque espèce, non seulement elle est liée à la durée de vie du radioélément mais aussi à la durée de vie de l’espèce considérée. Certains groupes ont montré une affinité plus grande pour un type d’éléments, ainsi les poissons accumulent le césium, les crustacés et les mollusques le plutonium, mais les moules privilégient l’uranium et le thorium et sont sélectionnées comme bon indicateur. Enfin toutes les algues fixent les radioéléments, ce qui est un danger de plus lorsque la nappe radioactive va atteindre la zone intertropicale des coraux du Pacifique central. Si l’on ajoute les essaims de petits crustacés si abondants dans les eaux japonaises au printemps, on peut en déduire que les grands cétacés qui s’en nourrissent ne seront pas épargnés.
 
En fait, il n’y a pas de barrière entre les océans et dans quelques années c’est l’océan mondial qui conservera la mémoire de cette catastrophe.
 
 

Source : facebook.com  (01.04.11) / Réseau-Cétacés

Publié dans environnement

Commenter cet article

Mitsuko 17/04/2011 12:02



Bonjour Dan,


Evidemment, cela devait arriver ...


Malgré tout, il fallait que ça arrive pour que les humains comprennent que ce n'est pas un jeu  ...


Petit à petit, ils finiront par la détruire notre belle planète ... C'est vraiment scandaleux, ils jouent à se faire peur et aujourd'hui et bien, ils ont
vraiment peur et nous aussi et pourtant on y est pour rien ...


Bon dimanche ensoleillé à toi. A bientôt.


Mitsuko



dan29000 17/04/2011 12:09



tout à fait d'accord avec toi, d'où l'utilité de se bouger afin d'en finir avec toutes leurs nuisances, nucléaire, OGM, pesticides et autres gaz de schiste....Bon dimanche