Les murs révoltés, Yvan Tessier, éditions alternatives

Publié le par dan29000

Depuis la création de notre blog, nous prenons en compte le street art, de Miss.Tic à Paul Bloas, en passant par Banksy ou JR, car ce mouvement artistique majeur a envahi le monde durant ces dernières décennies. Les éditions Alternatives nous proposent Les murs révoltés, un superbe livre, signé Yvan Tessier et Stéphanie Lemoine.

 

 

Non seulement ce livre à la maquette soignée illustre ces cris de révolte qui se multiplient, cris de résistances, cris de luttes, cris d'espoirs, cris de dénonciations, à caractère social ou politique, mais il nous emmène aussi en voyage d'Athènes à Lisbonne, de Marseille à Rome, en passant par Paris ou Vitry. Le street art n'a pas de patrie, n'a pas de frontière, c'est une forme de résistance artistique libre, accessible à tous, tout le temps. Même si le street art s'est en partie normalisé, en entrant dans les galeries, dans les musées, et vient récemment d'avoir son magazine, il demeure une respiration artistique primordiale.

 

Yvan Tessier est photographe. Il a déjà publié deux livres sur le sujet : Paris, art libre dans la ville et Pyrénées, un sommet du graff, chez Critères en 2014. Il est donc l'auteur des très nombreuses photos, souvent en pleines pages, mais aussi de plusieurs textes, en compagnie de Stéphanie Lemoine, collaboratrice de L'œil magazine et auteure de L'art urbain en 2012 chez Découvertes Gallimard. Les photographies sont classées par thème : Vivre nous tue, l'argent roi, l'exclusion sociale, le règne des écrans, le trouble des identités ou encore la planète en danger, entre autres.

 

Si le muralisme vient de loin, bien avant-guerre, en particulier au Mexique ou à Cuba, le street art n'a cessé d'évoluer, à l'image de la société capitaliste. La subversion a tendance à refluer, le marketing et les compromissions de certains artistes à augmenter. Ainsi que nous l'écrivions récemment à propos du documentaire La ruée vers l'art, le marché envahit tout, se plaçant au-dessus de l'art. Le street art parfois cède aux appels des sirènes capitalistes. Passant de la liberté des murs, aux contrats pour vendre des voitures ou des produits alimentaires !

 

Pourtant les murs gardent souvent la parole quand les bouleversements éclatent, comme nous l'avons vu durant les Printemps arabes ou les révoltes en Grèce, ou Mai 68. Gestes manifestes de révolte contre les dictatures politiques ou financières, gestes artistiques où se mélangent humour, dérision et interpellation du spectateur, détournements en tous genre, invitant à réfléchir, parfois en relation avec les idées situationnistes. Un livre de référence, un livre indispensable bien en adéquation avec les activités de notre site. Résister c'est créer. Créer c'est résister.

 

Dan29000

 

Les murs révoltés

Quand le street art parle social et politique

Photographies Yvan Tessier

Textes Yvan Tessier et Stéphanie Lemoine

Éditions Alternatives / Gallimard

2015 / 204 p / 25 euros

 

=====================

 

Plus de 45 artistes représentés parmi lesquels : Beerens, Bleeps, Clet, ARDGP, C 215, Dimitri Taxis, Ender, Ethos, Ezk, Happy Fingers, Hérard, Icy and Sot, Indigo,Jace, Jana und JS, Kram, Levalet, Mark Jenkins, Mimi the Clown, Monsieur Qui, Mr Pee, Mygalo, Paella, Pole Ka, Radak et Les Morts de la Rue, Rero, Rnst,Sidron, Speedy Graphito, VLP, Wild Drawing, Yuri, Zoo Project...

 

 

Le site de l'éditeur

 

============

Une sélections de nos articles autour de ce sujet :

 

Miss.Tic, femme de l'être

 

Les saigneurs, Paul Bloas

 

Outdoor art

 

Cuba grafica, histoire de l'affiche cubaine

 

Publié dans lectures, alternatives, arts

Commenter cet article